Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 21:54

http://www.decitre.fr/gi/68/9782260018568FS.gifUn refrain sur les murs / Murielle Magellan. Julliard, 2011. 248 pages. 

Cette mélodie, elle la connaissait.
D'où venait qu'elle l'entendait de nouveau en moins de deux jours ? Avec cette façon similaire de décaler, de balancer les notes en dehors du temps, d'être fidèle puis de trahir... Rien en vue pourtant. Le hautbois devait s'extraire d'une rue transversale. D'ailleurs l'instrument s'était tu. Isabelle se demanda si elle avait rêvé, mais non. Les sons continuaient à résonner en elle, persistants. S'agissait-il du jeune homme à la tête étrange cette fois encore ? Celui au regard flatteur ? Ce serait un sacré hasard.
Sous les dehors d'un conte de ta vie ordinaire, Murielle Magellan raconte l'étonnante renaissance, à trente ans d'intervalle, de deux femmes blessées : une mère et sa fille. Drôle, inventive, toujours bienveillante, Murielle Magellan a l'art de réenchanter la monotonie du quotidien au gré de petits miracles qu'elle fait surgir au coin de la rue.

 

Je n'ai pas su résister à la proposition de lecture et je dois avouer que je ne le regrette pas.

Je ne connaissais pas l'auteur mais je me suis laissée prendre à son rythme, à l'univers de ces deux femmes : Isabelle, soumise, invisible ; et, en contrepoint, plus de 20 ans plus tard, Romane, sa fille, qui rue dans les brancards, s'agite, ose se montrer, joue avec la vie, avec sa vie. Mais même si c'est avant tout Isabelle que nous suivons, le final sera bien là pour lier les deux personnalités, les deux histoires de ces femmes sensibles et rebelles à leur manière. Les relations mère-fille sont une clé de ce roman, mais on y trouve beaucoup plus. La surprise est au coin de chaque page, comme elle peut surgir positivement ou négativement dans notre vie quotidienne. Après nos réactions différent et, parfois, l'entourage est surpris des choix faits étranger à la personnalité qu'ils ont l'habitude de cotoyer. Ici, Isabelle la première se surprend par sa prime réponse à la sollicitation de ce jeune homme - enfin prime c'est un peu rapide à écrire... - Mais, l'élément déclencheur l'entraîne dans une suite de sursauts, de répliques plus ou moins amplifiées qui l'étonnent elle-même mais qui vont faire de cet été, un été inoubliable, même s'il reste incroyable et peut perturber les esprits sceptiques. Muriel Magellan conduit son personnage dans des méandres ou ni elle, ni le lecteur ne se seraient attendus et c'est bien cela qui m'a plu dans ce refrain.

A la fin de cette période estivale, elle semble "avoir repris" ses esprits, mais grâce aux lignes de Romane on découvrira que ce mois d'août lui a permis de vivre une histoire à long terme et une relation certe idéalisée et, ainsi que je le soulignais, dont sa fille finira par douter de la vraisemblance, entraînant à sa suite le lecteur partagé entre ces sentiments, et la double lecture qu'il vient de faire. 

Une écriture originale à mon sens qui ravira ou laissera de marbre.

 

Un très grand merci aux Editions Julliard et Adeline.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

noann 26/05/2011 20:44



Tout à fait d'accord avec ce billet bien ficelé


 


J'ai adoré moi aussi ce livre arrivé dans la boite aux lettres comme par magie


 



Uncoindeblog 03/06/2011 22:14



Oui ce fut magique et une bonne surprise, je suis d'accord.



mango 06/05/2011 19:37



Beaucoup aimé aussi ce joli roman! Un coup de cœur également!



Uncoindeblog 03/06/2011 22:10



Décidemment les avis sont unanimes :)



Leiloona 04/05/2011 22:52



Cettz écriture m'a ravie, puisque j'en ai fait un coup de coeur ! ;)



Uncoindeblog 03/06/2011 22:10



Oui j'ai vu que je n'étais pas la seule à être positive après cette lecture.



Stephie 24/04/2011 09:50



Je vais bientôt le lire et ton avis positif renforce mon impatience !!



Uncoindeblog 03/06/2011 22:06



Bon j'espère que pour une fois nos avis ne vont pas trop différer.