Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 21:23

http://www.decitre.fr/gi/92/9782070622092FS.gifGenesis / Bernard Beckett. Traduitde l'anglais (néo-zélandais) par Laetitia Devaux. Gallimars Jeunesse, 2009. 186 pages. 3*

Anax est prête à affronter le jury.
Pendant cinq heures, face à trois examinateurs, elle va montrer qu'elle connaît parfaitement son sujet. Mais plus elle en dit, plus elle referme son propre piège... Vous êtes sur le point de plonger dans un roman fascinant. Un thriller futuriste d'une ingéniosité stupéfiante. Et le meilleur... est pour la fin !

 

Roman pour la jeunesse. Là je crois que l'éditeur y va un peu fort et je ne suis pas certaine que ce roman trouve son public réel. Enfin peut-être que je me trompe !

Néanmoins, rien n'est assuré qu'en axant sur la philosophie, l'argumentation fasse mouche. Ah moins que nos amis du marketing n'ait espéré renouveler le succès du Monde de Sophie ? Franchement, aucune hésitation en ce qui me concerne. A l'ouvrage  que je vous présente va ma préférence, car les longueurs en sont absentes.

Le fait de l'avoir écrit sur un modèle de science fiction permet sans doute ce côté destiné à la jeunesse, qui me convient parfaitement d'ailleurs. Et oui, tout le monde ne peut pas être une inconditionnelle de la philosophie, surtout lorsqu'on a eu en classe littéraire, un prof plus occupé à vous faire gratter du papier plutôt qu'à dialoguer (bah oui pour moi ce cours reposait sur l'échange avant tout et pas seulement sur des énumérations de concepts dans lesquels je ne me retrouvais pas ou avec lesquels je n'étais pas d'accord) Après cet apparté sur mon année lycéenne, je reviens à l'objet de ce billet :)))

En glissant le lecteur dans la peau d'Anax, Bernard Beckett le met au plus près de son personnage, de ses sentiments et des événements qui s'enchaînent. Tout en présentant son personnage passant son examen, l'auteur la confronte à différentes réflexions ; certaines auxquelles elle avait déjà réfléchi, qui se trouvent parfois bousculées par le contexte ou d'autres totalement nouvelles qui sont le fait de ses propres observations par rapport aux remarques, absences de réactions de ses examinateurs ou simplement par le fait que, confrontée au stress de la situation elle voit certains événements différemment.

En nous plongeant dans un futur ou la guerre, la renaissance d'une civilisation et la place de l'être humain est repensée en catégories, l'auteur agit fort intelligemment et permet, sans brusquer, d'amener des notions philosophiques tout en jouant sur la curiosité de ses lecteurs avides de savoir le devenir à la fois d'Adam (dont on connaît la date de décès) mais également du résultat de ce rite de passage qu'est l'examen.

Effectivement la chute apporte de nombreuses surprises même si certaines étaient sous jacentes.

 

Même si le roman m'a plu, mon enthousiasme n'est pas celui de Chiffonnette ou de Cuné que je vous invite à relire ou à découvrir.

Repost 0