Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 22:18

http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/8/0/9/7/9782809709360FS.gifLe restaurant de l'amour retrouvé / Ogawa Ito. Roman traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako. Editions Philippe Picquier, 2013. 243 pages.

Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d'un chagrin d'amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.
Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l'épice secrète est l'amour.

 

Non, Ogawa Ito ne surfe pas sur les plaisirs de la table, mais c'est cette voie que son héroïne a choisi. Au fil des pages, on découvrira comment, grâce à sa grand-mère elle a acquis les gestes et le goût des plats préparés avec amour par cette femme aujourd'hui disparu qui a su lui transmettre un savoir faire et un goût si immodéré de jouer avec les goûts et les textures afin de créer et se réjouir du plat présenté.

Pourtant tout semblait avoir mal commencé pour Rinco qui avait su trouvé un rebond auprès de cette grand-mère inconnue. Mais les événements de la vie, l'abandon de son petit ami la pousse une nouvelle fois à rebondir en prenant un chemin qu'elle avait occulté : rentrer auprès de sa mère avec pour seul atout : la jarre à saumure de sa grand-mère.

Tout le roman joue à la fois sur la simplicité et la délicatesse et une petite part de folie dans ce roman que j'ai trouvé magnifique. L'abandon et le retour à ses racines sont le point de départ de ce roman. Alors qu'elle économisait pour créer son restaurant et alors que tout s'écroule autour d'elle et en elle (elle en perd l'usage de la parole), Rinco décide de se lancer dans l'aventure et de créer : son restaurant, sa cuisine.

Bien entendu, sans ses amis, sa mère également en dépit de leurs relations tendues, sa connaissance de la région et des produits locaux, rien ne pourrait se faire. Mais sa force  primaire est cette seule volonté qu'elle a de se relever, de retrousser ses manches et de réussir à transmettre son seul bien être : la cuisine. Elle y met tant de coeur, elle sait si bien être à l'écoute des sentiments et des goûts de chacun que bientôt sa réputation de magicienne se propage dans les environs.

Non ce roman ne s'axe pas sur une future célébrité grâce à la magie et au savoir-faire, mais se fait le chantre des produits simples, de la communion d'une artiste avec ce que la nature lui donne et ce qu'elle a envie de transmettre.

Les pages sont succulentes et mettent l'eau à la bouche ou à défaut, la curiosité au bout des papilles.

Un texte magnifique avec en guise de conclusion assez inattendue, une ouverture sur les relations mères-filles.

Une très belle découverte.

 


  Rentrée Littéraire 2013 avec Babelio.com.

 

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du japonais
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 20:30

http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/7/4/2/7/9782742769100FS.gifLa marche de Mina / Yoko Ogawa. Roman traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle. Actes Sud, 2008. 4,5*

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est revue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au cœur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle. La grande romancière japonaise explore dans ce livre, et pour la première fois dans son œuvre, le thème de l'étranger et des origines. En choisissant le prisme des liens de l'enfance, elle inscrit ce roman, comme le précédent. intitulé la formule préférée du professeur, dans un cycle voué à la tendresse et à l'initiation.

 

Rien ne me permettait de m'attendre à ce que j'ai découvert au détour des premières pages de ce roman. Ouvert sans vraiment y penser, afin d'en discuter avec une amie autour d'un déjeuner, je me suis vue entraîner dans une lecture où les faits et gestes comme la manière de le dire semblait simple. Chaque phrase était ciselée alors que le sujet en lui-même ne semblait pas s'y prêter. Enfin initialement on peut dire que si, le fil conducteur étant l'immersion de Tomoko pour une année dans la famille de sa tante maternelle, mais, au fil des pages on découvre à travers les yeux de Tomoko, un univers totalement distinct pour elle, réel mais qui semble pourtant sortie d'un imaginaire fertile, propre à ravir cette pré-adolescente comme le lecteur qui la suit dans cet univers familial.

Bien entendu l'argent est présent dans cette famille et permet d'amener cet univers futuriste : une maison d'inspiration hispanique, de l'espace tant intérieur qu'extérieur inconnu pour Tomoko, des pièces mais aussi une histoire des lieux et d'une famille qui lui était étrangère jusque là. L'histoire d'un zoo, de la venue d'une grand-mère, Rosa venue d'Allemagne depuis près de 50 ans mais qui poursuit son existence à la fois dans un passé et dans son quotidien japonais : se reposant sur l'employée de maison à demeure, Madame Yoneda, présente depuis son arrivée et en qui, elle semble avoir retrouvé un double, un soutien sans faille. Une femme sur laquelle toute la maison semble s'appuyer mais chaque membre de cette famille n'est-il pas une pièce maîtresse de la demeure ? Chacun ayant un rôle qui lui est propre, où le rire semble présent grâce à la joie manifeste de l'oncle de Tomoko dont le sourire semble perpétuel.

Jusqu'à, jusqu'à ce que l'on découvre que ce monde idéal, fait de rêves, d'écritures, lectures et de rêves est également frappé par le quotidien : l'alcool, la rêverie, et ces mêmes rituels du quotidien afin de palier à l'absence, l'échec d'un couple, les non-dits etc.

Ainsi Tomoko découvrira en l'espace d'une saison, que la vie des adultes est parfois complexe, que l'absence et les silences d'une personne peuvent bouleverser le quotidien. Que l'amour peut se donner mais également malmener la vie de ses proches.

Au contact de Mina,sa cousine, elle apprend tout cela, mais également les souffrances physiques de la maladie, de la détresse que manifeste Mina face à son quotidien où le silence prend parfois le pas en dépit d'une vie quotidienne bien remplie. Tomako va découvrir que la lecture et l'imaginaire au contact de l'image d'une simple boîte d'allumette peuvent compléter les rêveries et la vie somme toute incomplète d'une enfant.

C'est à une année riche d'événements, de rencontres et de quotidien que nous propose de suivre Yoko Ogawa en se glissant dans les pas de Tomoko qui jette un regard en arrière et se remémore la richesse de cette période et les changements qu'ils vont entrainer.

Tout est simple et juste dans les propos. Les phrases et les événements se glissent dans le quotidien comme le lecteur peut se glisser dans l'univers.

Le charme a parfaitement fonctionné sur moi.

 

Papillon en parle, comme Emeraude, Chiffonnette et YueYin

 

(..)"En comparaison le calme de ma tante était beaucoup plus profond. Plutôt que de parler, elle préférait tendre l'oreille à la conversation des autres. Au cas où il devenait nécessaire qu'elle parle, comme si elle réfléchissait à la meilleure façon de rassembler sa pensée avec le moins de mots possibles, à moins qu'elle n'attende que quelqu'un d'autre prenne la parole à sa place, il lui fallait un long moment de silence avant de pouvoir prononcer un mot.

Mais ce n'était pas du tout une question de mauvaise humeur. Ma tante tendait toujours l'oreille avec attention.Elle ne négligeait jamais le moindre murmure de qui que ce soit. "(...)

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du japonais
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 19:30
Le chat qui venait du ciel / Hiraide Takashi. Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu. Editions Philippe Picquier, 2006. 131 pages
Voici un roman touché par la grâce, celle d'un chat " si petit et si frêle qu'on remarquait tout de suite ses oreilles pointues et mobiles à l'extrême ".
Quand un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d'une ancienne demeure japonaise, il ne sait pas encore que sa vie va s'en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d'un immense et splendide jardin, et au coeur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l'incarnation même de l'âme du jardin, gagné peu à peu par l'abandon, foisonnant d'oiseaux et d'insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille.
Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis. Hiraide Takashi, qui est avant tout poète, a insufflé une lumineuse et délicate magie à cette histoire du " chat qui venait du ciel ", son premier roman, largement autobiographique.

Parce qu'il s'agit des Editions Picquier, que cela se déroule en Asie (Japon), en raison d'une magnifique couverture, et que la quatrième me disait bien, tout comme les premières pages lues dans la librairie, je me suis laissée tenter par ce roman lors de mon escapade toulousaine.
Je vous l'ai déjà avoué en maintes occasion, je ne suis guère sensible à la poésie mais l'écriture de ce court roman m'a réellement envoutée grâce à la plume de Hiraide Takashi. J'ai adoré les disgressions sur la "Sente de l'éclair" en ouverture de ce livre, même si j'attendais davantage de cette partie féérique. L'arrivée de Chibi, le petit chat, nous entraîne dans un autre univers, celui de la relation que ce couple va développer avec lui, l'enfant de la famille. Sa disparition sera un drame pour eux, mais cet événement n'est pas là pour nous arracher des larmes, juste pour nous montrer la place qu'il occupait dans leur vie, pour parler de leurs relations avec autrui et la manière dont ils vont l'appréhender et la surmonter.
Chibi n'est pas l'unique personnage de ce roman, le jardin est également un atout majeur de ce récit.
Si vous détestez les passages descriptifs, la lenteur de l'écriture, je vous conseille de passer votre chemin.
J'ai été genée par les incessants retour en arrière chronologiquement parlant, fait par l'auteur. Vous êtes en février, et hop, il revient en octobre, reprenant des éléments précédemment évoqués. Cela a un peu perturbé ma lecture, mais cela n'en demeure pas moins un bon souvenir.

Les avis de Tamara, Papillon, YueYin, Lou
Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du japonais
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 07:00
Je ne viens pas vous parler photographie ou d'une exposition mais bien d'un livre :)
Comme vous l'aurez deviné à son titre, le sujet n'est pas des plus enjoué, mais l'écriture est magnifique. J'ai particulièrement apprécié les 60-80 premières pages que j'ai enchainé sans vraiment savoir vers quoi j'allais. La poésie de Osamu Dazaï m'avait conquise, moi qui suit totalement hermétique à cet art. La suite tout aussi belle mais plus "cruelle" ne m'a pas déçue mais ne m'a pas permis de retrouver totalement cet engouement du premier tiers de l'ouvrage. Je conserve néanmoins un grand plaisir au souvenir de cette lecture.
Si vous souhaitez aborder ce livre sans trop en connaître le contenu, il ne vous faut lire que les 3 premières phrases de la quatrième de couverture, savoir modérer votre curiosité. D'un autre côté si vous connaissez l'auteur, vous devez déjà avoir bon nombre d'informations concernant le contenu de ce roman, puique O. Dasaï est connu pour écrire des ouvrages au fort contenu autobiographique, et ce livre ne fait pas exception.
Ici le "Je" est celui de Kazuko, la fille de la famille, qui dans une sorte de journal intime nous raconte la déchéance de cette famille nippone issue de l'aristocratie. D'une certaine manière sa narration nous montre que cela n'est pas dû uniquement à la guerre, mais que cet état de fait était sous jacent, peut être en raison d'un manque d'ouverture de cette classe, une sorte de comparaison de l'échec politique du Japon, sauf erreur de ma part.
Le décès de la mère va précipiter les événements de cette chute, car elle était le rocher auquel ses deux enfants se raccrochaient, mais l'aveu sera tardif pour Naoji.
Kazuko est l'espoir et la foi dans l'avenir.
Un livre sombre à l'image de son auteur et de la vie qu'il mena, qui peut enchanter par son style ou laisser de marbre devant l'absence de rebondissements (d'où sans doute l'histoire résumé rapidement si dessous).
A découvrir si vous n'êtes pas d'une humeur sombre car bon nombre de pages pourraient vous entrainer vers la mélancolie.

Soleil couchant : crépuscule de l'aristocratie / Osamu Dazaï. Traduit du japonais par Hélène de Sarbois et Gaston Renondeau. Gallimard, 1986 (L'imaginaire). 201 pages
Une femme de l'aristocratie nippone doit quitter pendant la guerre son hôtel particulier de Tokyo pour aller vivre modestement dans un petit chalet de montagne. Sa fille, Kazuko, mobilisée, travaille la terre. Son fils, Naoji, revient de la guerre intoxiqué par la drogue. Le frère et la soeur se durcissent contre le malheur des temps et clament leur révolte et leur désespoir. Tels sont les "gens du Soleil couchant" (lancée par Osamu Dazai, cette expression a fait fortune au Japon, au point de qualifier aujourd'hui, jusque dans les dictionnaires, les membres déchus de l'aristocratie). En dépit de leur vie inquiète et désordonnée, ils ont gardé les meilleures traditions de leur pays. A cet égard, le testament de Naoji éclaire de façon émouvante son attitude devant la vie et devant le Japon. Kazuko veut un enfant, et sa foi en la vie force la sympathie, en dépit de ses écarts de conduite, de tout le nihilisme de son comportement et de son langage. Elle et son amant sont les "victimes d'une période de transition morale". Document de première importance sur l'effondrement d'une société, Soleil couchant est aussi - et c'est ce qui donne à l'oeuvre son accent dramatique si personnel - un document sur un homme en qui l'on s'accorde à reconnaître l'un des plus grands écrivains de son pays.


L'avis de Tamara,
Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du japonais
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 22:30
Saluons ici le vendeur "Chouchou n°1" de la lectrice chouchou chez qui je me suis procurée ce volume :o)
Pour tous les détails, c'est ici lol
Après ce bref aparté, passons aux choses sérieuses. Comme il est d'usage chez moi, j'ai acheté ce manga juste parce qu'il me plaisait, après l'avoir feuilleté quelques minutes, sans me soucier de la 4ème de couverture et sans trop me poser de questions.
L'ayant regardé de plus près une fois rentrée chez moi, je me suis posée quelques questions sur mon état lors de l'achat : oui le graphisme me plaisait toujours, mais bon certaines illustrations (4-5 pages en tout et pour tout, je vous rassure) étaient ... oups  !! au bord des lèvres ...
Voici quelques extraits des éclaircissements de l'équipe de la rédaction de l'éditeur de la version originale :
(...) "On y retrouve des scènes d'une intense violence. Le sang coule et les viscères volent*, certains des personnages allant jusqu'à se sacrifier pour mieux exprimer leur point de vue." (...)
[* quelle exagération, cela n'arrive qu'une fois sur 300 pages]
NE FUYEZ PAS !!!!
Si vous avez vu Kill Bill, vous avez vu pire, même si les passages en noir et blanc atténuaient énormément l'impact de la violence.
Ce manga est en noir et blanc et, comme je le faisais remarquer, ces pages sont en nombre inférieure et se justifient par la profession des personnages.
Ce gekija est consacré à des hommes et des femmes incarnant les valeurs du Bushido. En une phrase (qui en donne forcément une version simpliste) : un code strict de l'honneur et de la loyauté jusqu'à la mort.
Grâce aux archives et à son imagination, l'auteur met en scène des situations mettant en avant
la philosophie du Bushido et les arts martiaux. Ils nous montrent la vie et les difficultés auxquelles ces hommes et femmes sont confrontés dans leur volonté de respecter leur idéal. Parallèlement c'est un peu d'histoire à laquelle nous avons accès via quelques explications de la vie seigneuriale de l'époque. En dépit de cette philosophie, le monde politique n'est pas absous de personnages avides à la richesse et au pouvoir.
Chaque nouvelle est traitée avec recherche, et toutes les 2 "histoires", l'auteur nous raconte, sur une page et en se mettant en scène, avec humour et/ou sagesse l'origine de sa narration. Il nous explique comment il a découvert le personnage et ce qu'il est advenu ainsi que sa descendance.
Le trait du dessin est agréable, jamais grossier et il a créé pour chaque héros une physionomie intéressante. Cf en particulier le personnage de Saitô dans "Dix ans, cinq cents koku" ;  le passage au personnage féminin de l'histoire qui suit au niveau physionomie notamment, est frappant.
Toutes les histoires ne me semblent pas égal, mais certaines m'ont plus touchées que d'autres.
La seconde et la 11ème sont sur un sujet identique mais le traitement de l'illustration diffère néanmoins car
Hiroshi Hirata les a dessinées à 30 ans d'intervalle.
Je vous invite également à lire la postface ainsi que les éclaircissements rédigés par la rédaction de l'éditeur de la version originale.
Berf :
- Un volume a ne pas laisser entre toutes les mains en raison de la violence de certaines illustrations,
- Une découverte à faire tant au niveau du graphisme qu'au niveau narratif et historique.

La force des humbles / Hiroshi Hirata. Traduction de Jacques Lalloz et Tetsuya Yano. Delcourt, 2008. 303 pages
Oubliés par l'histoire officielle, les hommes et les femmes que Hiroshi Hirata nous fait découvrir dans ce recueil composé de onze nouvelles, ont tous pour particularité de n'avoir vécu qu'en accord avec eux-mêmes, avec les valeurs profondes et altruistes qui les animaient. Incarnant la quintessence de l'Esprit du Bushido, la Voie du Guerrier, leur vie autant que leur mort exprimèrent compassion, sens du don de soi et du sacrifice face aux situations extrêmes qui peuvent mettre en péril l'harmonie d'une communauté. Eloigné de la petitesse des préoccupations égocentriques et intéressées de la majorité des soi-disant élites qui prétendent nous diriger, penser pour nous ou nous distraire, La force des humbles est une bouffée radicale d'espoir à méditer. Maître incontesté du gekiga, Hiroshi Hirata est reconnu au Japon comme l'auteur perpétuant la philosophie du Bushido et l'Esprit des Arts Martiaux. De plus en plus rééditées, ses œuvres sont en train de passionner dans son pays une nouvelle génération. Depuis l'adaptation, en France- de Satsuma, l'honneur de ses samouraïs- les projets de traduction des livres de cet artiste et calligraphe de grand talent, se multiplient tant en Europe qu'aux Etats-Unis. A plus de soixante-dix ans, Hiroshi Hirata continue à réaliser des histoires de guerriers nobles au grand cœur...
Les onze nouvelles : * Là où Dôkei a pris racine, * Ce remède miracle que je vous présente humblement... , * Ni l'un ni l'autre, * Le molosse fou, * Le samouraï au brin de fil, * Grogne autour d'un enterrement, * La mère hercule
* Le guerrier forgeron, * Dix ans, cinq cents koku, * Rui, la beauté travestie, * Se sacrifier à la table du seigneur.



Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du japonais
commenter cet article