Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 12:50

http://www.decitre.fr/gi/20/9782845451520FS.gifLa croisade des enfants / Florina Ilis. Roman traduit du roumain par Marily lle Nir. Editions des Syrtes, 2010. 495 pages.

  L'histoire commence un matin, sur le quai d'une gare, quand un groupe d'enfants part vers la mer Noire, en colonie de vacances.
Stoppé en pleine campagne par les écoliers, leur train ne parviendra pas à destination. Aidés par Calman, " Tsigane blond à peau blanche ", les enfants vont y organiser leur propre vie devant des troupes spéciales déconcertées et des médias avides de nouvelles sensationnelles. Ce qui n'était au départ qu'un jeu pour les enfants, prêts à en découdre avec le monde réel ou virtuel des adultes, devient une véritable affaire d'Etat.
On évoque la présence d'un groupe de terroristes voulant déstabiliser le gouvernement ; on pense par la suite à des malfrats, des trafiquants en tout genre - hypothèse encouragée par l'arrivée massive d'enfants des rues sur les lieux, qui demandent la liquidation des orphelinats et des foyers d'accueil. Les médias, la police, l'armée, les professeurs ou les parents, la société entière, semblent incapables, pour un temps, de mettre fin à la " croisade des enfants ", qui exigent le respect de leurs droits et de leurs libertés.
L'issue sera précipitée dans une confusion générale et nul ne sortira indemne de cette aventure où le burlesque le dispute au tragique. Ecrit par un auteur doué d'une indéniable grâce littéraire, La Croisade des enfants est une fresque du chaos postcommuniste roumain, confronté à ses propres dilemmes : enfance et jeunesse déboussolées, progrès et adaptation, politique et corruption, innocence et compromis...

 

OUF ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi dense ! A peine deux chapitres, quasi pas de renvoi à la ligne ou de paragraphes....

Un roman intéressant et prenant par sa thématique, mais difficile à lire par les choix de ponctuation (absence de points, seules les virgules et points d'exclamation sont présents) qui sont totalement en dehors des habitudes usuelles de lecture. Je comprends que l'auteur ait fait ce choix dans une volonté de donner un élan particulier à son texte mais pauvre lectrice que je suis, cela m'a donnée du fil à tordre pour ma lecture. Plus particulièrement dans la première partie où Florina Ilis pose son histoire et ses personnages : plus de 25 si je ne me trompe pas que nous découvrons un à un. Déjà il est difficile de passer d'un informaticien, à une tzigane, un politicien, un train et ses différents intervenants mais quand, en plus, le tout est présenté enchaîné, sans point ou retour à la ligne, vous relisez une deuxième fois afin de vérifier de quel personnage il s'agit et le temps de vous imprégner de tous. Arff. Epuisant pour le lecteur, je dois l'avouer.

Mais, le sujet est là, dense, saisissant, tel que je me suis accrochée afin de connaître comment elle allait pouvoir mener tout son petit monde, les liens pas forcément évidents qui allaient découler des uns et des autres. Progressivement , dans la seconde partie de l'ouvrage, les événements s'enchaînent, les personnages sont réunis est cela fut plus aisé, en dépit d'un texte très dense et quelques échappatoires de la part de l'auteur, des instants parfois de poésie ou que certains verront comme de la disgression, mais qui permet avant tout de s'éloigner de situations parfois chargées en émotion.

L'auteur nous plonge au coeur de la société roumaine et plus particulièrement la vie des enfants des rues. Tout est y décrit avec conviction : la place des politiciens, les contradictions d'un pays dont l'histoire fut source de mutiples rebondissements, dont la chute de Ceaucescu et des généraux est encore dans toutes les mémoires. La place de la religion, des superstitions, la place des tziganes.... Et, la montée en puissance des nouvelles technologies : comment Internet a pris une place prépondérante dans la vie courante, la place des médias et la manipulation des faits. Un flot de contradiction, à l'image de ces vies qui se trouvent bouleversé le temps que des enfants aspirent à la liberté que tous les peuples réclament et, qui comme toute rebellion se trouve confronté à des luttes pour le pouvoir entre anciens et nouveaux belligérants.

C'est réellement un très beau roman à qui il faut donner beaucoup de temps - et prendre son temps pour le lire.

 

 

Ouvrage lu en partenariat avec Babelio et les Editions des Syrtes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du roumain
commenter cet article

commentaires

Stéphanie 30/04/2010 08:29



dommage ce choix de non ponctuation. C'est rédhibitoire pour moi, alors que l'histoire me fait vraiment envie.



Uncoindeblog 30/04/2010 16:47



OUi j'étais exactement dans le même état d'esprit mais les 200 premières pages sont vraiment difficiles. Après on oublie un peu l'absence de point.