Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 20:54

Le passage des ombres / Isabelle Hausser. Le Livre de poche, 2008. 441 pages. 4,5*

 

A Malemort, petit bourg méridional chargé d'histoire, une femme et deux hommes essaient, chacun à sa manière, de surmonter leurs deuils.
Leurs égarements intérieurs les mènent sur la piste de deux meurtres non identifiés. L'un bien réel, que Guillaume, le magistrat, est obligé d'instruire, l'autre, incertain et commis à une époque antérieure, qui suscite la curiosité de William, l'historien, tandis qu'Élise, le médecin du bourg, est confrontée à des morts moins inattendues parmi ses patients. A ces trois voix alternées se mêle, comme un écho assourdi, un quatrième timbre surgi des failles du temps.
Ce roman a obtenu le prix Vivre Plus 2007.

 

Grâce à une ancienne blogueuse volontairement disparue de l'internet (Florence), j'avais il y a presque 10 ans découvert Isabelle Hausser et le magnifique "La table des enfants". On aime, on déteste... Pour ma part, j'ai retrouvé dans ce texte une sensibilité telle que celle que j'avais gardé en mémoire.

 

Finesse de l'écriture, thématiques similaires : la mort, la musique, l'Allemagne me reviennent en écho (peut-être, sans doute, j'en oublie). Bref c'est une nouvelle fois un texte d'une extrême sensibilité qu'elle nous propose.

L'auteur joue avec la musique : ces titres de chapitre reprennent la terminologie des pièces musicales, entrecoupent le roman, la souffrance intérieure de ces personnages par cette musique qui leur permet de partager, non pas oublier mais se concentrer sur autre chose que la peine qu'ils ressentent tous 3, le cliché vous semblera facile, mais la musique se fait consolatrice.

Aux ombres des vivants, des morts, de la lumière de ce Sud, viennent répondre des jeux de miroirs forts intéressants : les personnages se répondent à l'image de leurs instruments, similitudes et différences par le nom de famille fort proches, de Guillaume et William, (leurs prénoms également), la perte d'un être cher, son fils pour l'un, sa compagne pour l'autre, un violoniste et un violoncelliste. Entre les deux Elise, à la fois béquille et elle-même à la recherche d'un appui ; une nouvelle image s'impose par l'instrument dont elle joue : le piano qui tour à tour peut accompagner, chanter à l'unisson avec les instruments ou à l'image des pièces religieuses du passé, donner les harmoniques. A mon tour, j'utilise une référence facile à la religion, car ce village de Malemort fut un fief du protestantisme et vit son existence bouleversée par la lutte et le rejet de l'Edit de Nantes. 

Effectivement si vous vous référez à la quatrième de couverture, vous verrez qu'il est également question d'enquête(s) et peut être prendrez-vous peur devant ce melting pot ! Je n'ai qu'un mot à vous dire : NON.

Laissez-vous gagner par la mélodie et la fluidité quasi permanente de cette histoire simple qui vous parle, c'est vrai, de la séparation, de la mort mais avec justesse et une infinie douceur, et dont l'ambiance musicale et le climat se font complices..

Dédicace de l'ouvrage : "A mes parents séparés par la mort".

 

Merci à Xiane pour le prêt. :)

Sandrine a aimé ;-D

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Sandrine(SD49) 03/04/2010 09:08



Je l'ai lu et aimé également http://pages.de.lecture.de.sandrine.over-blog.com/article-le-passage-des-ombres-d-isabelle-hausser-40047199.html



Uncoindeblog 13/04/2010 21:10



Lien fait :)