Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 07:38

http://www.decitre.fr/gi/31/9782283023631FS.gifL'année brouillard / Michelle Richmond. Roman traduit de l'américain par Sophie Aslanides. Buchet Chastel, 2009. 508 pages4 *

En juillet, sur un plage de San Francisco nappée d'un épais brouillard, une petite fille de six ans, Emma, et la fiancée de son père, Abby, marchent en cherchant des coquillages.
Abby, photographe professionnelle, détourne un instant son regard d'Emma pour fixer de son objectif un phoque éventré. Quand elle relève la tête, la petite fille a disparu. Le pire vient de se produire. L'angoisse et la panique s'installent ; où est Emma ? Emportée par les vagues rugissantes du Pacifique ? Ou par cette camionnette blanche entrevue sur le parking voisin ? Ou encore par le flot ininterrompu de voitures sur cette route de Californie ?...
L'enquête piétine. La police est sur le point de classer l'affaire. Jake, le papa, se décourage tout en s'éloignant de sa fiancée qu'il en silence. Abby prend alors les choses en main. Armée des larmes du désespoir Et de l'énergie née de sa culpabilité, fouillant tous les recoins de sa mémoire à la recherche d'un détail crucial, elle nous emmène à des kilomètres de là vers une découverte stupéfiante...
Roman psychologique à suspense, admirablement porté par une écriture visuelle et minutieuse, L'Année brouillard rivalise de talent et de lucidité dans l'exploration impitoyable de la disparition d'une enfant.

 

Partagé entre l'envie de le prendre et de le repousser, telle fut ma relation avec ce roman dont le sujet m'a tout d'abord effrayé. Je m'interrogeais sur la manière de l'auteur à traiter un sujet que je voyais casse gueule. Allait-elle nous entrainer dans le voyeurisme, la psychologie de bas échelle ? Mais non, rien ne se passait comme j'avais pu le craindre.

C'est davantage une introspection sur Abby, sur elle-même, sur ses relations avec son passé et ses sentiments filiaux. Cette disparition sera pour elle, bien entendu, le drame de sa vie, mais également une analyse sur sa vie passée et présente, sur ce qu'elle désire ou a pu désirer jusqu'à ce jour. C'est avant tout également pour elle l'occasion de prendre conscience de son attachement à cette enfant pour qui, même si elle n'en est pas la mère biologique, elle est prête à consacrer sa vie, s'étant déjà mainte fois projetée dans son futur, l'avenir de son couple comme dans celui de cette enfant.

Alors oui bien sur, c'est également pour l'auteur  l'occasion de nous apprendre la réalité, la culpabilité qui ronge, que vivent les parents de tout enfant disparu, quelque soit l'âge. L'explosion du couple, mais avant cela du quotidien tout simplement. L'abandon de toute "normalité" ; chaque geste du quotidien, du présent est un effort pour penser, pour ne pas penser à l'enfant disparu. Quelques secondes dans une journée, mais un temsp qui court... que chaque parent voit défiler, mis sous pression dès les premières minutes par les policiers qui rappellent que les premières heures sont les plus importantes. Un temps qui court et qui voit les recherches s'achevaient ou, une autre disparition prendre la place de l'Absent. Le temps, la mémoire et les relations telles sont les maîtres mots de cet ouvrage.

Alors oui, par moment, j'ai eu envie de dire à Abby, non pas d'abandonner la quête d'Emma, mais l'espoir d'un retour à sa vie de couple. Une irrésistible envie de la baffer afin qu'elle n'aille plus chez cet homme, qu'elle ne l'appelle plus : il la rejette, l'ignore et réapprend à vivre mais sans elle(s).

Beau portrait de femme, opiniatre et sensible. Non pas mère courage, mais qui s'obstine dans sa certitude autant que par la culpabilité qu'elle ressent, Abby se lance à la poursuite de ses espoirs et de toutes les pistes que lui fournit sa mémoire parfois défaillante.

L'ouvrage n'est pas, à mes yeux, parfait mais il dégage une force incroyable. Une fois la chute connue, je n'aurais nulle envie de le relire car je ne pense pas être prise de la même manière par l'ouvrage, mais je ne regrette absoulement pas cette découverte.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mango 29/05/2011 10:45



De cette romancière, j'ai lu récemment  :"Le rêve d'Amanda Ruth" et j'ai éprouvé les mêmes impressions d'une lecture très agréable mais que je ne referai pas une fois la fin désormais
connue.



Uncoindeblog 03/06/2011 22:20



Ah tu titilles ma curiosité. J'essaierai à l'occasion de lire autre chose d'elle.



Restling 29/05/2011 10:42



Quelle terrible idée que celle de départ : la disparition d'un enfant ! Et pourtant, ce roman me tente assez.



Uncoindeblog 03/06/2011 22:19



Oui j'ai vraiment eu peur de ne pas réussir à mener à bien cette lecture au vu du sujet mais vraiment, chapeau à l'auteur.



Sandrine(SD49) 29/05/2011 09:33



J'avais beaucoup aimé ;-D



Uncoindeblog 03/06/2011 22:18



C'est vraiment très bien écrit et j'ai vu/lu pas mal de retour positif.