Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 22:15
Du calme, je n'essaie pas de me calquer sur la grande prétresse en matière de culture, mais j'ai simplement réalisé au fil de ma lecture que l'auteur nous distillait des valeurs, l'histoire, habitudes et héritage d'un pays dont j'ignore tout : le Botswana. Je ne vais pas vous dire qu'à la fin de cette série votre niveau de savoir sera encyclopédique, mais je trouve ce mélange des genres fort intéressant.
Je me suis rendu compte au fil de ma lecture que c'est le propre de A. McCall Smith  de glisser quelques bribes d'informations afin de mieux y revenir ensuite. Je m'explique, mais avant peut être une présentation des ouvrages s'impose-t-elle (car là je crois que je parle toute seule :-D).
Mma Ramotswa détective / Alexander McCall Smith. Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern.10/18, 2003. (Grand détectives). 250 pages.
Les larmes de la girafe / Alexander McCall Smith. Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern.10/18, 2004. (Grand détectives). 238 pages.

Nous suivons en fait l'installation de Mme Ramotswe et sa "The No. 1 Ladies' Detective Agency" dans le 1er volume, ses doutes, son passé. Le tout peut sembler un peu long de prime abord mais cela va nous permettre de mieux comprendre son caractère, de voir son héritage (dont je vous parlais) ; ainsi un chapitre est raconté par son papa dont le décès (aucun pathos, pas d'inquiétude, juste le cours de la vie) lui permettra d'ouvrir cette agence, grâce à l'argent qu'il lui laisse. Progressivement nous suivons le cours des enquêtes, mais un chapitre étrange s'est glissé entre deux, intitulé :"Un garçon", me laissant dubitative. La suite de ma lecture va m'éclairer sur ce chapitre. En fait  ce chapitre est une clé, la dernière enquête que ménera à bien notre héroïne.
Le second volume nous entraîne dans une construction similaire : une enquête centrale et tout autour, pendant que les choses avancent d'autres enquêtes se greffent, ainsi que l'existence des personnages principaux.

Les histoires sont propres à ce pays et tout comme je le soulignais concernant le décès  du père de Mma Ramotswa, le pathos n'a pas sa place
dans ces suites d'histoire, uniquement du réalisme par rapport à la vie de tous les jours de ce pays. Nous achevons au bout du second volume la première année d'existence de L'Agence n°1 des Dames Détectives, et Mma Ramotswa faisant le bilan comptable se dit qu'il serait bien d' "inclure, dans des bilans annuels, une nouvelle colonne intitulée Bonheur, en plus des rubriques traditionnelles des frais et des gains. Dans sa comptabilité personnelle, ce chiffre-là serait très élevé."

PS : Savez-vous comment j'ai découvert cette série ?

Grâce à un swap ! Et oui, mon interlocutrice (coucou à elle, elle passe ici) souhaitait découvrir cette série, et après en avoir fait l'acquisition, je n'ai pu m'empêcher de lire le 1er chapitre dans le métro qui me ramenait au bercail.

Divorcée d’un mari trompettiste porté sur la bouteille, Precious Ramotswe est bien décidée à ne plus céder aux mirages de l’amour ! J.L.B. Matekoni, gentleman garagiste, lui fait pourtant les yeux doux mais l’inénarrable « Mma » a un projet en tête… Un beau jour, elle se jette à l’eau et ouvre à Gaborone, capitale du Botswana, son pays bien-aimé, la première agence de détectives strictement au féminin. En compagnie de son assistante, Mma Makutsi, elle déclare la guerre aux maris en fuite et aux escrocs sans vergogne.

Depuis qu'elle a ouvert la première agence de détectives au féminin du Botswana, la très pulpeuse Mma Ramotswe a trouvé le bonheur... D'autant qu'entre deux enquêtes à mener, elle doit penser à son prochain mariage avec le plus courtois et le plus généreux des hommes, Mr. J.L.B. Matekoni. Se méfiera-t-elle assez de la bonne acariâtre ? Regrettera-t-elle la promotion de Mma Makutsi au poste d'assistante-détective ? Se remettra-t-elle de ses soudaines responsabilités de mère de famille ? En tout cas, elle réussira à rendre le sourire à une mère qui l'avait perdu depuis dix ans...

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'anglais
commenter cet article

commentaires

Caroline 10/05/2008 16:00

Je suis justement en train de lire le premier volume, j'adore !

Uncoindeblog 19/05/2008 21:19


Poursuis vite ta lecture alors :))


fashion victim 10/05/2008 09:27

Eh ben qu'est-ce que tu lis en ce moment, c'est fou, ça : le beau temps n'a pas eu raison de ton rythme de lecture, contrairement à moi! :)))

Uncoindeblog 19/05/2008 20:56


C'est la chance des parisiens : les transports en commun :)
Il est vrai que si je m'écoutais (et je ne suis pas un cas unique, n'est ce pas), je consacrerais bien quelques heures de sommeil à finir mes lectures, mais bon ... y'a le boulot le lendemain et
comme j'ai également besoin de sommeil.
Enfin, comme je savais que j'allais m'absenter j'ai voulu terminer.


Emeraude 10/05/2008 08:47

ils m'ont toujours fait envie les mc call smith ! ça serait ptet le moment de s'y mettre ! :-)

Uncoindeblog 19/05/2008 20:51


Je les mets de côté ;-D


Stéphanie 10/05/2008 07:14

j'aime bien quand un livre arrive à nous faire ouvrir une encyclopédie (ou sa version moderne) pour en savoir plus :)

Uncoindeblog 19/05/2008 20:50


En laissant son père nous raconter son histoire c'est un pan de l'Afrique du Sud qui est également décrit, mais comme je le disais le tout est distillé au compte
goutte ; on peut s'y arrêter ou poursuivre sa lecture.


Karine 10/05/2008 01:50

J'ai le premier tome de cette série dans ma PAL (je ne me rappelle pas où j'avais pêché ce titre) mais un peu de culture ne me ferait pas de tort en ce qui concerne ce pays! Et si c'est bien en plus... pourquoi pas joindre l'utile à l'agréable!

Uncoindeblog 19/05/2008 20:48


Un peu déroutant de prime abord mais comme souvent il faut laisser une chance au livre (et là j'ai poursuivi ma lecture avec le 2nd volume, et c'est encore
mieux)