Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 07:12
http://www.decitre.fr/gi/33/9782253124733FS.gifUn millier de mensonge / Laura Wilson. Roman traduit de l'anglais par Marie-Lise Marlière. Le Livre de Poche, 2009. 409 pages. 4*
Ce roman pourrait s'intituler " portrait d'un monstre ", celui de Leslie Shand, un père de famille au-dessus de tout soupçon, qui, pendant des années, a martyrisé avec une perversion inouïe sa femme et ses filles avant de recevoir une balle en pleine poitrine.
Qui l'a tué ? Sa femme ? l'une de ses filles ? un voisin... ? Vingt ans plus tard, fascinée par cette histoire, une journaliste reprend l'enquête à zéro. Dans cette vertigineuse descente aux enfers de l'âme humaine, l'auteur de L'Amant anglais (prix du Polar européen / Le Point) nous plonge dans un univers trouble, littéralement envoûtant.

Comme souvent la 4ème déborde un peu sur les faits narrés pas cet ouvrage. La fascination de la journaliste est davantage liée, à la base, par la suite de coïncidences personnelles lorsqu'au moment du décès de sa mère elle découvre un journal, une coupure de presse et 2 lettres qui vont lui faire prendre conscience de l'existence des ses cousines dont le père fut le bourreau.
Elle nous entraîne dans son sillage à la rencontre de cette famille mais également de son propre passé qui, s'il n'est pas aussi monstrueux n'en reste pas moins pervers dans le jeu auquel se sont livrés ses parents autour de sa personne. Mais bien entendu cela n'est rien par rapport au sadisme de Leslie Shand que nous allons découvrir tout au long du roman.
Même si le lecteur anticipe certains faits, la narration est telle que le crescendo dans lequel nous entraîne Laura Wilson garde toute sa force au niveau de l'horreur. Les derniers chapitres nous font revivre au travers des voix et des écrits d'Iris, la mère et de Sheila, la fille ainée le martyre qu'elles ont enduré. Comme moi vous chercherez où est Mo et sa folie ? Vous découvrirez les visions de ces trois femmes entraînées par cet homme diabolique qui a su construire sa famille dans la vision que le monde extérieur souhaite voir, les entraînant dans sa folie.
Par ces deux histoires de famille dissemblables mais néanmoins pesantes pour le lecteur, Laura Wilson montre avec habilité comment on s'attache à son bourreau encore plus lorsque celui-ci détient sur vous des liens familiaux, et comment la culpabilité s'immisce du côté des victimes.


Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'anglais
commenter cet article

commentaires