Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 19:15

http://www.decitre.fr/gi/35/9782752904935FS.gifSur l'autre rive du Jourdain / Monte Schulz.Traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Mazek. Phébus, 2011 (Littérature étrangère). 354 pages. 4, 5*

1929, à la veille du fameux crack boursier.
Une Dodge roule en pleine campagne, sur une route poussiéreuse du Middlewest. Au volant, Chester Burke, gangster et psychopathe. Sur le siège arrière se tient coi un fils de fermier, Alvin Pendergast, rongé par la tuberculose, sentimental, ironique et désespéré, au côté de Rascal, un nain qui ne cesse de raconter des histoires abracadabrantes. Braquages de banques et meurtres atroces se succèdent à travers l’Illinois, le Mississipi, le Kansas et le Nebraska, jusqu’à ce que les trois compères échouent à Icaria, Missouri.
Là, ils se lieront avec les artistes d’un cirque. Rascal tombera amoureux, Alvin jouera à cache-cache avec la maladie et paiera cher une soirée verte d’absinthe. Livre lyrique, noir comme l’enfer et infiniment drôle, Sur l’autre rive du Jourdain dresse le portrait d’une Amérique au bord du gouffre. Avec ses trois personnages en quête d’identité, Monte Schulz pose le regard le plus lucide qui soit sur le monde d’hier, mais aussi d’aujourd’hui et sans doute de demain.

 

Attention ce roman s'annonce comme le premier volume d'une trilogie, mais à mon sens il peut se lire sans aucun problème sans attendre la publication des prochains volumes. Le fait de le savoir n'a fait qu'attiser ma curiosité quant à savoir si nous retrouverons un ou plusieurs de ces personnages dans les volumes à venir ou est-ce que le sujet de la période de la grande dépression suffira à l'auteur pour la suite de ces écrits. Et si je vous dit que je suis dès à présent, prête à lire les prochains volumes, vous aurez compris que ce livre m'a plu !

Avec une grande habilité, sans misérabilisme, Monte Schulz nous plonge dans le quotidien de 3 personnages que tout oppose et qui n'auraient jamais dû se croiser. Le premier est un paysan, adolescent, malade, qui a connu le sanatorium, la mort de ses voisins de chambrés et n'a qu'une envie Vivre ! C'est ce même verbe qui gouverne l'existence de ses comparses,  Chester et Rascal, mais chacun a une vision de la vie totalement différente et un parcours radicalement étranger aux uns et aux autres. En dépit du fruit du hasard, les voici lancés tous trois sur les routes, dans un macabre itinéraire dont ignorent tout Alvin et Rascal. Chester, manipulateur avec ses deux semi-complices comme avec toutes les personnes qu'il rencontre sait y faire, embobinant une jolie fille aussi bien qu'un banquier ou un prêtre pour mieux les détrousser et les tuer. Car oui, c'est bien la figure d'un desperado que nous suivons qui s'il charme ou manipule tout ceux qui l'entourent représentant fort bien la figure sombre de l'ouvrage, il est l'homme que le lecteur ne peut que détester. Quant aux deux comparses, ils sont parfois atttachants, parfois énervants avec leurs petits et grands travers, leur manque de réaction face à cette suite d'actes sauvages. Cet enchainement d'attaque, de meurtres, permettent de découvrir cet état du Middlewest, la vie au quotidien, mais le lecteur reste en suspens dans l'attente d'une réaction des deux suiveurs. Comment va-t-elle prendre forme ? Quand ?

Les histoires de Rascal sont-elles uniquement le fruit de son imaginaire ou une part de vérité ou la totalité de ces dires sont-ils réels ? Alvin va-t-il enfin parvenir à surmonter sa timidité, apprendre à réagir ? La poursuite d'un cirque puis l'intrusion de ces  hommes dans l'enceinte du cirque nous entraîne dans la couleur, l'effervescence, et une incrudélité face aux personnages présents, qui se prête bien aux histoires de Rascal.

Bref un roman manipulateur, bien troussé dont j'attends la suite. Une très belle découverte !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

In Cold Blog 07/09/2011 18:52



Je n'avais l'impression que nos avis divergeaient aussi souevtn que tu le laisses supposer...
Et je te rassure, c'est normal que tu n'aies pas vu mon billet la semaine dernière (tu n'es pas encore complètement gâteuse) : je ne l'ai publié qu'hier matin



Uncoindeblog 22/10/2011 15:46



OUf je suis rassurée et j'ai depuis eu le temps de le lire ;-D. Disons que mes grands coups de coeurs ne sont pas forcément les tiens



Stephie 29/08/2011 09:59



Encore une bonne pioche à ce que je vois ;) des bises !



Uncoindeblog 06/09/2011 23:04



Oui parfois de la chance, parfois moins ;0)



In Cold Blog 27/08/2011 19:36



J'ai aussi beaucoup aimé mais j'ignorais qu'il y aurait des suites. Bonne nouvelle !



Uncoindeblog 06/09/2011 23:04



Oh ICB, incroyable !! Pour une fois nous sommes d'accord ;0). Par contre je n'ai pas vu ton billet la semaine passée lorsque je suis allée sur ton blog. Ai-je
mal cherché ou ?