Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 21:20
http://www.decitre.fr/gi/59/9782070346059FS.gifLily la tigresse / Alona Kimhi. Traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz. Folio, 2008. 409 pages. 2,5*
La jeune Lily, " 112 kilogrammes de femme ", vit seule depuis que son fiancé - effrayé par son poids - a annulé leur mariage à la dernière minute.
Elle combat sa solitude et ses angoisses à coups de bains moussants et de gorgées de porto, et surtout en passant. ses soirées en compagnie de Ninouch, sa seule amie. Du moins, autant que Léon, le compagnon violent. et jaloux de Ninouch, le permet. Mais un soir, I.ily décide de se rendre seule au cirque en taxi. Coincée dans un embouteillage, elle arrive après la fin du spectacle, et, dépitée, découvre que le dompteur de fauves n'était autre que Taro, son premier amant ! Aidée par l'ineffable Mikhaëla, la conductrice de taxi, Lily retrouve Taro qui lui fait don d'un bébé tigre avant de repartir au Japon.
Un cadeau qui donne alors à sa vie un tournant. inattendu... D'une drôlerie et d'une fantaisie éblouissantes, ce deuxième roman impose définitivement Alona Kimhi sur la scène littéraire internationale comme un des écrivains les plus originaux de sa génération.

Au cours d'une thématique géomètrique pour feu les Théières, Céline avait commencé à nous présenter ce titre qui me tentait bien. En le retrouvant voici quelques mois sur une table de présentation, j'ai décidé de l'acquérir. Autant l'avis de ma tentatrice est positive, autant ce qui va suivre risque d'être dans un autre registre, car je n'y ai pas trouvé les qualités qu'elle a su dégager.
Fable contemporaine ce roman a des aspects à la fois magique et totalement repoussoir par d'autres.
Par le biais de Lily qui narre et est le personnage principal nous allons suivre cette histoire. Elle et son amie Ninouch, son opposé tant par la corpulence que par leur passé et présent permettent à Alona Kimhi de nous entraîner dans des faits hauts en couleurs, parfois cocasses ou dans la plus basse des horreurs (prostitution de femmes, d'enfants,  de personnes handicapés, femme battue...) qui, s'ils sont bien souvent tus, n'en restent pas moins omniprésents. Si ces actes ne sont pas le sujet de l'ouvrage, ils n'en demeurent néanmoins une part essentiel. Lily nous raconte, plus particulièrement dans la première partie, ce que fut sa vie jusqu'à aujourd'hui et ce que fut celle de Ninouch. Tout cela comme un puzzle qui se reconstituerait devant nos yeux pendant qu'elle-même essaie de se rendre au cirque grâce au taxi de Mikhaëla. Alors que durant cette soirée elle se remémore ces instants, son propre passé revient lui faire signe par des retrouvailles imprévus avec son premier amant. Illusions, espoirs échangés, beaucoup de choses ont changé depuis cette rencontre aérienne. Suite à cette seconde "entrevue", elle se retrouve en possession d'un bébé tigre qui sera le phare de cette seconde partie et qui va réunir ces 3 femmes jusqu'au dénouement qui me laisse un peu sur ma faim.
Je me doutais bien, et vu les extraits du National Geographic concernant les tigres, que les choses allaient finir par tourner autrement. Un peu bécasse cette Lily et ses amies de croire qu'elles allaient pouvoir continuer à faire vivre un tigre dans un appartement en plein centre ville. Bien entendu il est normal de penser que la notion de fable évoqué en début de mon petit speech puisse laisser croire qu'aucun voisin ne se plaigne d'odeurs, feulements etc... mais au bout d'un moment cela parait déraisonnable et la multitude des situations ubuesques voulues par l'auteur ont pris le pas sur moi vers une impression d'un peu n'importe quoi. Une envie de raconter des tragédies en faisant passer la pilule via ce conte.
J'ai lu, avec pour certains chapitres une certaine avidité de lectrice, notamment relative à connaître le passé de Ninouch être si étrange, si fantasque et irréel mais au bout d'un moment l'auteur est allée trop loin pour moi avec les aspects caniveaux et, je me suis détachée de ma lecture. Trop de tout et guère d'attachement pour ces femmes. Ninouch reste à part mais Mikhaëla a réellement des côtés plus qu'horripilant. Déçue, même si les belles envolées d'écriture des premières pages m'avaient fait beaucoup espérer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'hébreu
commenter cet article

commentaires

Karine :) 30/12/2009 23:39


Bon... je ne note pas, alors!  Bonne année Delphine! 


Uncoindeblog 03/01/2010 10:23


Bonne année à toi Karine :)