Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 09:02

http://www.decitre.fr/gi/30/9781935558330FS.gifLes enfants de Svetambre / Lucie Chenu. Black Coat press, 2010 (Rivière blanche). 286 pages. 4*

L'eau et le vent les emportent à travers vingt-six histoires drôles, émouvantes ou tragiques, en SF ou fantastique. 

Des divinités les pourchassent jusque dans les grottes où ils se terrent, accompagnées de bêtes étranges ou familières. De l'océna tulmutueux aux sommets des plus hautes montagnes, du plus profond des gouffres aux lointaines stations spatiales, au son de musiques envoûtantes, dansent LES ENFANTS DE SVETAMBRE.

 

Un ouvrage qui, une nouvelle fois, ne conviendra pas à tous, car il s'agit de nouvelles. Nouvelles pour lesquelles j'ai éprouvé des sentiments fort différents : certaines furent pour moi trop courtes, d'autres moins intéressantes à mon goût. Toutes sont précédées d'une courte introduction de la part de l'auteur expliquant le contexte de l'écriture (ateliers, ou autre), et d'où certaines idées lui sont venues. Une nouvelle fois, double sentiment : parfois cela explique bien la forme ou d'où vient le texte, parfois ce contexte n' a pas apporté un plus à ma lecture.

Quasi toutes ces nouvelles ont pour sujet l'enfance, un enfant. S'y ajoute des aspects féériques ou de courts espaces dans des mondes d'anticipation, très peu à mon sens. L'auteur semble, dans les textes présentés, plus à son aise avec les mondes fantastiques. 

La lecture est aisée, les mots des textes courent avec fluidité.

Quelques sentiments personnels sur des histoires que j'ai trouvé particulièrement bien troussée ou qui m'ont un peu déçu :

J'ai particulièrement aimé "Retour à Gaïm’Hya" du fait de la conception des mondes imaginaires, même s'il s'agit  d'une "suite" à un univers pré-existant ; j'ai réellement éprouvé beaucoup de plaisir à cette lecture, et suis déçue de ne pas trouver un ouvrage de 300 pages consacrés à cette "suite" :-).  

Le texte "Clonage" m'a fait ressentir des sentiments mêlés. Mon intérêt pour le sujet était grand mais, progressivement je me suis retrouvée avec un texte par trop proche d'une histoire d'amour assez basique et la chute m'apparaissait évidente, même si elle n'était néanmoins, pas exactement celle imaginée.

"La Malédiction du gardien" est à la fois classique et néanmoins bien mise en forme. Indubitablement elle renvoie à des textes classiques et Ulysse vient instantanément à l'esprit lorsque la rose donne son énigme.

"Le Village aux chats" m'a enchantée et déçue. Une nouvelle fois, je n'ai pas su y trouver mon compte ; il me manque des éléments pour m'imprégner totalement dans l'histoire. Elle a beau '"être simple", j'aurais aimé des personnages plus fouillés au niveau des sentiments-réactions de la mère, peut-être des personnages du village et de ses enfants que tout opposent. Bref en dépit d'une chute parfaitement compréhensible et logique, je n'ai pas eu envie de faire travailler mon imaginaire et j'en voulais davantage.

"La cime et le gouffre" fut pour moi une belle rencontre qui m'a plongée dans l'"histoire" des Pyrénées. Ce texte mêle le présent, le passé, l'humain et les personnages du petit monde avec une pointe de cruauté-réalisme : le monde féérique donne, mais tout à un prix. Ce mélange est habile, s'y ajoute la magie des montagnes et de la musique ; un tout qui ne fut pas pour me déplaire.

 

Tous les titres contenus dans ce recueil sont .

Pour retrouver l'auteur, c'est ici.

Pour des billets qui parlent de l'ouvrage : , Chaperon rouge

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Karine:) 13/02/2011 13:33



C'Est ce qui me dérange avec les nouvelles... souvent, je n'y trouve pas mon compte... en lire une de temps en temps, ça va... un recueil complet, j'ai souvent du mal...



Uncoindeblog 13/03/2011 07:48



Oui je sais que c'est le cas pour beaucoup de lecteurs. Mais la forme a ses adeptes.