Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 20:20

http://www.decitre.fr/gi/99/9782020962599FS.gifLe poisson mouillé / Volker Kutscher. Traduit de l'allemand par Magali Girault. Seuil, 2010 (Policiers). 566 pages

Berlin, mai 1929.
La ville est en pleine ébullition et la police a du mal à être sur tous les fronts à la fois - combats de rue entre forces de l'ordre et communistes, criminalité grandissante et night-clubs clandestins. Et puis il y a ce cadavre repêché au fond du canal et dont personne ne semble connaître l'identité. Sauf Gereon Rath, qui l'a croisé quelques jours avant sa mort. Ce jeune commissaire originaire de Cologne qui travaille pour la brigade des moeurs brûle de résoudre seul cette affaire dans l'espoir d'être intégré à la Criminelle.
Car cette enquête risque de rejoindre les dossiers des affaires classées non élucidées appelées "les poissons mouillés". Ce roman, le premier d'une série mettant en scène le commissaire Gereon Rath, dresse un fascinant portrait politique et social du Berlin des années vingt avec ses aspirations contradictoires - rêve de régime autoritaire ou soif de dissipation.

 

Un polar, oui mais un polar où l'histoire tient une place non négligeable !

C'est un véritable coup de chapeau que je souhaite donner à ce roman, car l'enquête faite de chausse-trapes (même si certains sont plus ou moins évidents) est également fort intéressante par son contexte historique. Jamais je n'avais eu l'opportunité de lire ce type de roman se déroulant entre les deux guerres en Allemagne.

Quelle période ! Toute l'amertume de la défaite transperce dans les personnages rencontrés par le héros, dans la confrontation entre le nationalisme, la fierté prusienne, le respect des conventions et la montée du communisme en cette période de pré-dépression - même si en cette année 1929, l'Allemagne, comme les autres pays européens n'est pas encore touchée par la crise qui se déclenchera quelques mois à la fin de cette histoire. Déjà, on sent que tout est en place et on comprend (en partie, car sinon cela serait trop simple, et l'humanité ne repéterait pas, ad eternam, ses erreurs) comment les événements vont trouver un terrain fertile à la montée du totalitarisme.

La complexité de l'ouvrage ne réside pas seulement dans ces faits, mais également dans la vie personnelle du héros : le commissaire Gereon Rath, dont la famille fut touchée intimement par la Guerre 14-18, par des incompréhensions légitimes et filiale. Et oui ce n'est pas seulement à un gentil héros bien lisse auquel nous sommes confrontés, mais à un tournant personnel et celui de tout un peuple.

L'auteur nous plonge dans le commissariat de Berlin et décrit le "Château fort" (c'est le nom qui lui est donné par tous) avec force détails intéressants et qui pique la curiosité. Il en est de même pour les lieux décrits : les quartiers plus ou moins bien fréquentés, restaurants, vie quotidiennne : des détails certes mais qui sont immiscés avec brio sans couper ou gêner la lecture. Mais si j'en juge la lecture de connaisseurs de Berlin, l'énumération peut lasser :( à moins que le charme du livre n'est, simplement, pas opéré.


Pour ma part, je reste sur une très bonne impression en dépit de tout et remercie Suzanne de ChezLesFilles ainsi que les Editions du Seuil.


L'avis de Serialecteur avec d'autres liens pouvant mesurer mes propos ;-D

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'allemand
commenter cet article

commentaires

Michel 02/05/2010 20:28



Merci pour le lien



Uncoindeblog 03/05/2010 12:47



Je t'en prie Michel :) Tu fus le premier billet que j'avais lu sur ce roman ;-D