Mardi 10 avril 2012 2 10 /04 /Avr /2012 20:50

http://www.decitre.fr/gi/48/9782070124848FS.gifLe jour avant le bonheur / Erri De Luca.Traduit de l'italien par Danièle Valin. Gallimard, 2010. 138 pages. 3*

Nous sommes à Naples, dans l'immédiat après-guerre.
Un jeune orphelin, qui deviendra plus tard le narrateur de ce livre, vit sous la protection du concierge, don Gaetano. Ce dernier est un homme généreux et très attaché au bien-être du petit garçon, puis de l'adolescent. Il passe du temps avec lui, pour parler des années de guerre et de la libération de la ville par les Napolitains ou pour lui apprendre à jouer aux cartes. Il lui montre comment se rendre utile en effectuant de menus travaux et, d'une certaine façon, il l'initie à la sexualité en l'envoyant un soir chez une veuve habitant dans leur immeuble.
Mais don Gaetano possède un autre don : il lit dans les pensées des gens, et il sait par conséquent que son jeune protégé reste hanté par l'image d'une jeune fille entraperçue un jour derrière une vitre, par hasard, lors d'une partie de football dans la cour de l'immeuble. Quand la jeune fille revient des années plus tard, le narrateur aura plus que jamais besoin de l'aide de don Gaetano... Dans la veine de Montedidio, ce nouveau livre du romancier italien s'impose comme un très grand roman de formation et d'initiation.

 

Des pages dont parfois le lyrisme m'ont emporté vers cette ville de Naples et l'amour sans concession que l'auteur essaie de nous faire partager en la chantant au détour de ce roman que l'on pourrait, somme toute, voir comme initiatique. En vérité, au vu du mélange des genres chacun doit pouvoir y trouver beaucoup plus que 138 pages qui semblent bien courtes alors que nous allons l'abandonner au tournant de son destin et de son existence que, déjà, grâce aux récits de Don Gaetano on imagine plein de magie et de vie. Une nouvelle envie nous tenaille de connaître cette suite, mais on se contentera de cette rencontre, de ces histoires sur la Guerre et la libération de leur ville qui à l'image de ces hommes qui s'agitaient, prête à tout pour protéger les siens, comme elle le fera en fin de volume, pour aider notre héros : la ville, la nature, l'assimilation et la compréhension des histoires vont permettre à notre jeune homme de survivre, de se lancer dans l'existence. Un orphelin confié à deux étrangers et plus particulièrement à un homme Don Gaetano qui, l'aide à poursuivre sa route alors qu'on découvre notre personnage encore enfant mais déjà curieux, malin et suffisant à son existence.

Ainsi que je le disais on trouve beaucoup de choses dans ce roman, mais également une belle histoire de transmission.

Je mentirais si je disais que toutes les pages m'ont enchanté, certaines eurent mooins de force que d'autres mais l'ensemble a permis de poursuivre ma lecture, de vivre la fin de la seconde guerre mondiale pour Naples, sa "libération" et l'arrivée des américains qui prennent une place différente et distante dans cette ville. Une histoire d'amour de la part de napolitains pour leur ville et leur existence.

 

Par Uncoindeblog - Publié dans : Traduit de l'italien
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés