Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 10:22

http://www.decitre.fr/gi/98/9782757824498FS.gifLa défense Lincoln / Michael Connelly. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Robert Pépin. Points, 2011. 535 pages.. 4*

Défenseur attitré des chauffards, bikers et autres dealers, Mickey Haller est habile au prétoire mais méprisé par le barreau de Californie.
Il passe sa vie dans sa Lincoln à traquer les petites affaires. Un jour, pourtant, il décroche le gros lot: un riche fils de famille fait appel à ses services. Mais l'excitation des débuts cède bientôt la place à l'inquiétude. Haller s'aperçoit que cette "aubaine" pourrait bien lui coûter la vie...

 

Je viens de découvrir que ce livre a été adapté au cinéma et, très honnêtement, j'avoue fréquenter régulièrement les salles obscures mais ne me souviens absolument pas de la bande annonce. Je n'ai pas l'impression que ce film ait eu beaucoup de succès.

Quant au llivre. Et bien, et bien si j'ai lu un ouvrage de cet auteur, je ne m'en souviens absolument pas. Mais bon, la mémoire de poisson rouge est mon  fort et ce blog reste là pour m'aider à me souvenir desdites lectures :)

D'après ce que j'ai lu, c'est la première fois qu'apparaît le personnage de Mickey Haller sous la plume de Michael Connelly. Vu les images que nous, français, des avocats américains, cela fait toujours sourire de voir que l'auteur s'est engouffrer dans la brèche. Non son personnage n'en est pas à racoler près des hôpitaux ou des accidents de la circulation, mais son créneau, il l'a compris est celui d'une franche de laisser pour compte : drogue, agressions mineures sont dans l'ensemble son l'eau quotidien. Il connait ses clients et sait comment travailler avec eux, même si parfois, ces affaires ont bien du mal à lui permettre de payer tous les frais de son quotidien.

D'un avocat un peu banal au premier abord, Connelly fait un être finalement original : son bureau est sa Lincoln, son assistante une de ses ex, ses clients un peu limite, mais le tout avec une excellente connaissance des droits, tout en le manipulant avec adresse en sa faveur, afin de remporter la mise. Un bon avocat dans l'ensemble qui ne fait pas, bien entendu, l'unanimité pour la partie adverse qui le trouve bien souvent borderline avec tous les malfrats qu'il défend.

La force de Connelly est de nous montrer les faiblesses de son pseudo héros : sa tendresse pour ses ex, sa fille, ses amitiés et le respect dans son travail qu'il éprouve pour ceux qui l'entourent. Doté d'une intelligence et d'une bonne connaissance de son métier, il traine son fardeau en la personne de Jesus (oui elle pourrait être facile) qui a été condamné à la perpétuité grâce à lui au lieu de la peine de mort.

Mais ce fardeau, il va en reprendre rapidement conscience grâce à la nouvelle affaire qui lui tombe du ciel : un richard, Louis Ross Roulet,  a entendu parler de lui grâce à cette affaire et, accusé d'avoir sauvagement agressé une prostituée et de l'avoir menacé de mort, il se retrouve au box des accusés, lui, qui ne connait que les fauteuils en cuir et les bons restau. Même s'il ne la sent pas vraiment cette affaire, Michael y voit là de l'argent facilement gagné. Mais de vieux démons ressurgissent dont celui de son père tôt disparu dans sa vie et pointure de la défense : les plus difficile à défendre semblent être les innocents. Et au prix de sa vie, de celle de ses amis et de sa famille, notre sympathique (sic) avocat va rapidement se rendre compte que son père était vraiment l'homme doué décrit dans les ouvrages.

Un bon polar qui se lit facilement. Nul besoin de grandes connaissances du droit américain, le tout est décrit simplement pour un lecteur lambda. L'ensemble s'imbrique bien, même si la "postface" s'avère un peu rapide".

J'ai donc découvert que Michael Haller était désormais un personnage récurrent et sans doute, ne fais-je pas dédaigner de lire d'autres aventures du personnage.

 

Quelques avis, pro ou pas

Partager cet article

Repost 0

commentaires