Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 08:46

http://www.decitre.fr/gi/76/9782714446176FS.gifLa Colère du rhinocéros / Christophe Ghislain. Belfond, 2010. 331 pages. 2,5*

La Colère du rhinocéros est un roman polyphonique porté par une écriture ,* savoureuse, un western poétique et drôle explorant les méandres de vies tombées en morceaux, un questionnement sur le sens de l'existence édifié autour du rêve en ruine d'un vieux fou absent : le père de Gibraltar.

 

Je fus très partagée à la lecture de ce roman et très honnêtement je traînais des pieds jusqu'à aujourd'hui,  pour écrire ce billet ce qui montre bien qu'en dépit d'idées originales tout ne m'a pas totalement emballé.

Gibraltar, héros moderne dont l'enfance a été marqué par un père idéaliste, rêvant d'amener la mer jusqu'à Trois-Plaine, se voit revenir vers son enfance alors que la vie le bouscule. Une existence qu'il a quitté presque 20 ans plus tôt, sans jamais jeter un coup d'oeil en arrière.

A travers sa voix, celle d'Emma et de l'Esquimau, personnages dont nous ne savons rien tout d'abord, les fils du destin, du passé, du présent, des non-dits et des secrets vont peu à peu voir le jour.

Si ce jeu à 3 voix portent le récit, les villageois du passé et plus encore du présent que rencontre Gibraltar apportent eux-aussi beaucoup au lecteur pour comprendre ces fils croisés. Mais l'imbrication est telle qu'il faut de longs moments avant d'en comprendre toute l'importance. Et je l'avoue, certains des personnages m'ont perdu à la cause de ma lecture.

Imaginatif sans contexte, tant par la forme et par le fonds, mais je ne partage pas l'enthousiasme de lecteurs à l'égard de l'ouvrage, car certains passages m'ont semblé longs et abscons.

L'intérêt, à mes yeux, réside dans tout ce que nous avons lu et qui ont construit Gibraltar, de cette haïne sans fin et plus ou moins dissimulée que les villageois ont éprouvé par le passé et qu'ils reportent sur "cet étranger" pourtant né ici, mais qui les a abandonné si longtemps. Cet homme qui revient et décide comme ultime pied de nez à la vie de faire revivre un détail "si visible" de son passé, effaçant l'absence.  La jalousie, les non-dits et les taiseux peuplent cette ville, mais certains éléments absents m'ont manqué afin de pouvoir refermer l'ouvrage satisfaite de ma lecture. Car en dépit des clés que nous donne l'auteur, reste bon nombre de questions en suspens.

Bref une lecture en demi-teinte en ce qui me concerne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Auteurs belge
commenter cet article

commentaires

Stephie 28/02/2011 20:41



C'est un roman particulier. J'avais beaucoup aimé ;-)



Uncoindeblog 13/03/2011 07:52



Nous n'avons pas vraiment les mêmes goûts Stéphie