Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 21:40

http://www.decitre.fr/gi/84/9782020901284FS.gifDieu et nous seuls pouvons : Les Très-Edifiants et Très-Inopinés Mémoires des Pibrac de Bellerocaille : Huit générations d'exécuteurs / Michel Folco. Points, 2006. 306 pages. 4,5*

Pour échapper à la galère, Justinien Pibrac devient bourreau officiel du seigneur de Bellerocaille.
Le jour de sa première exécution, après quelques maladresses rocambolesques, il parvient finalement à briser les os du condamné. Ainsi débute la saga trépidante des Pibrac, qui deviendront de génération en génération les plus grands bourreaux de tous les temp. 

 

Accrochée ! ll n' y a pas d'autres mots. Dès les premières pages, j'ai été intriguée par cette histoire dans laquelle m'entraînait Michel Folco, une lecture commencé sur les recommandations d'une amie (qui a les autres volumes, j'ai bien de la chance !). Une histoire qui m'a semblé tout d'abord un peu abracadabrante lorsque le visage du héros de cette lignée  se glisse sous les yeux du lecteur qui, naïvement poursuivait sa lecture.

Un Trouvé qui a, jusqu'alors eu bien de la chance, vu l'époque à laquelle il est né. Mais pour chaque moment de chance, la roue tourne et aussitôt l'addition lui est présentée. Ce qui permet à Michel Folco de ne pas nous lasser un seul instant et de nous demander vers quelles mésaventures son personnage va se trouver pousser !

Le plus fou est sans nul doute la profession à laquelle il destine Justinien et les conséquences de ses actes. Habile l'auteur ne nous narre pas avec moult détails l'établissement de cet homme qui va finalement s'accrocher à ce métier, et qui saura exploiter les "subtilités" liées à sa charge, mais passe dans sa seconde partie directement au début du XXème siècle, à la 7ème génération. On y retrouve un  Exécuteur en chef des arrêts criminels, Hippolyte, mis en retraite forcée en 1870, mais qui garde espoir qu'un changement politique pouvant intervenir à tout moment, tout doit être entretenu et prêt à fonctionner. En plus de l'histoire de la famille entre 1683 et ce début de siècle, c'est un aperçu rapide de l'évolution des méthodes, comme de la position de cette famille qui nous est donnée. Certes, les siècles n'ont rien changé à l'image du bourreau et de la famille maudite, mais un des fils a opté pour se retirer de ce type d'activité et une confrontation entre ses espoirs de devenir autre chose qu'un Pibrac et la reconnaissance de son art de boulanger-pâtissier fait écho à celui de ces ancêtres et de son père qui furent les meilleurs de leur profession. Tiraillements, clin d'oeil à l'histoire, et craintes héritées des superstitions - largement entretenues par les Pibrac - se croisent tout au long de cette seconde partie. 

Le plaisir de la lecture est agrémentée par la réelle enquête menée par Michel Folco sur les bourreaux. Cette famille aimante et souffrant au même titre que les autres a appris grâce à l'expérience à contrer les remarques, préparant ces répliques par le biais d'un entrainement digne de véritables coureurs de fonds.

Hippolyte et son valet, Casimir sont des personnages haut en couleurs dans la seconde partie de cette histoire, bien que la relève soit assurée en la personne de Saturnin, digne héritier de cette lignée.

 

Jules n'avait pas accroché, pour Lou tout était différent

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Frère Athelstan 29/02/2012 14:35


Passionné par les romans
de Peter Treymayne, Kate Seydley, Paul Doherty, et encore par ceux d'Edith Pargeter (notamment la trilogie commençant par La Pierre de Vie) ainsi que ceux de Ken Follet (Les Pilliers de la
Terre, Un Monde sans fin) ; une amie m'a fait découvrir "Dieu et nous seuls pouvons" de Michel Folco et ce fut une "révélation" ! Je me suis délecté des tournures de phrases, de l'humour parfois
surréaliste des situations, de la richesse des descriptions, des détails, du vocabulaire employés et de certains mots oubliés ... J'ai goûté ce livre comme on goute un pâté de gibier fabriqué par
des paysans du fin fond du Cantal ; avec délice, relisant parfois certains passages pour mieux les apprécier. Mais hélas, à la moitié du livre, je découvrais avec stupeur que l'on passait
subitement aux années 1900 et que l'on quittait Justinien Pibrac "Le Fondateur". Toute une partie de la vie de ses descendants était alors laissée sans explication, on ne comprenait pas pourquoi
- par exemple - l'un d'eux fut appelé "Le Vengeur". J'ai commencé "Un loup est un loup" et lu que les livres (que je dois encore trouver) qui ont suivi reparlent un peu des Pibrac, mais je
me suis vu regretter bien amèrement et avec tristesse que "Dieu et nous seuls pouvons" n'eu pas été un "pavé" de 1500 ou, pourquoi pas, 3000 pages, dont je ne me serais certes pas lassé d'en
déguster la substantifique moelle. J'aurai tellement aimé suivre la vie de Justinien Trouvé Pibrac alors qu'il "emménageait" sous l'échafaud
reconstruit au Carrefour des Quatre Chemins avec un loup pour nouveau compagnon, ainsi que celles de ses descendants ! ... S'il vous plait messires, envoyez cette requête à Michel Folco, Merci.
Je vous salue.

Uncoindeblog 03/03/2012 22:15



Beaucoup d'emphase dans votre plume. L'amie qui m'a conseillé et prêté l'ouvrage me disait que Michel Folco écrivait lentement. J'imagine que s'il s'était lancé
dans un tel pavé nous ne l'aurions découvert qu'à l'ultime fin de sa vie. Qui sait la déception aurait pu être au rendez-vous ? Une chose est certaine, ses lecteurs semblent avoir faim de ses
prochains ouvrages se référant ou non à Justinien Trouvé :)



kali 10/02/2012 23:37


J'avais lu un billet sur ce livre avant d'avoir mon blog, donc il y a au moins six ans et, chose étonnante, je me le rappelle. J'ai envie de lire ce livre depuis, tu relances mon envie de
l'acheter.

Uncoindeblog 14/02/2012 21:43



Je suis certaine que tu peux le trouver aisément en bibliothèque si tu veux réellement être certaine qu'il te plait. Une fois totalement convaincue, lla
librairie te tendra les bras :) (si ce n'est déjà fait).