Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 09:50

http://www.decitre.fr/gi/39/9782283025239FS.gifDeux jeunes artistes au chômage / Cyrille Martinez. Buchet Chastel, 2011 (Qui Vive). 129 pages. 2*

Andy et John, deux jeunes artistes au chômage, habitent New York New York.
Entre vernissages, soirées poétiques et contournement des dress-code, surgit le tableau d’une ville underground où les performances, les drogues et les fêtes rythment le quotidien de ces personnages marginaux et créatifs. Derrière ces deux figures en quête d’un art qui serait plus qu’aucun autre le reflet de la vie moderne, on reconnaîtra en filigrane l’image réinventée d’Andy Warhol et de John Giorno, l’unique acteur du film Sleep.
Grâce à une langue inventive et satirique, le récit de Cyrille Martinez campe une épopée ludique où s’entend, en sourdine, une réflexion sur le devenir de l’art et de la littérature dans un monde marchand. Une variation fantaisiste autour de la préhistoire d’Andy Warhol et de son compagnon le poète John Giorno, dans une ville imaginaire baptisée New York New York.

 

Décidemment les ouvrages s'inspirant de personnages réels ne sont pas ma tasse de thé.

Pourtant à la première page, le jeu de New New York m'arrache un sourire, évoquant pour moi les aventures d'un certain Docteur . Le lecteur est immédiatement placée dans la fiction alors qu'il sait qu'un personnage médiatique va être placé in situ. Comment détourner les yeux du lecteur et mieux le plonger dans l'histoire. Si l'idée n'est pas nouvelle, elle est ici bien amenée. 

La première partie m'a surprise dans la création de ce quartier, ghetto volontaire des écrivains, de leurs revendications, des aberrations du système et du quant à soi des personnages, dans le côté absurbe qui tantôt m'agacait, tantôt prêtait à sourire. Un lieu de villégiature par et uniquement pour les écrivains jusqu'à ce que des personnages plus en vus se prennent eux-mêmes pour des écrivains : présentateurs, anciens sportifs y allant de leurs couplets écrits et se voient comme des écrivains et puissent intégrer ce quartier alors que les "Anciens écrivains" le fuient. Cette disctinction écrivain/ poète si pernicieuse également qui montre une certaine pédanterie de part et d'autre, et qui va nous permettre de comprendre l'échec de John non pas à être publié, mais visible dans le monde de l'écriture.

Autour des pages 72-73 alors que John envoie et reçoit des retours de la part des éditeurs à qui il a adressé ses écrits, on sent le vécu de l'écrivain qui croit en ayant donné le meilleur de lui-même être enfin le nouveau NOM, mais les échecs, refus ou semi-succès entraînent le personnage loin de ces rêves primaires.

Mais où l'auteur voulait-il en venir, quant à la rencontre promise avec Andy Warhol ? Il faut attendre une seconde partie et une écriture se voulant plus moderne et beaucoup moins à mon goût pour rencontrer Andy, mais avant toute sa petite bande "d'amis". S'inspirant d'événements réels de la vie d'Andy, Cyrille Martinez nous raconte sa frustration professionnelle, ses échecs, son goût de la mise en scène et un certain culot qui l'amène à rencontrer celle qui va le lancer.

L'enthousiasme pour cet ouvrage n'est pas là, mais certaines qualités sont à souligner. Ainsi que dit plus haut la seconde partie m'a, en partie, laissé de marbre, la première et son univers parfois plus fou m'ont davantage convenu, même si le côté ironique m'aurait certainement à terme agacé si l'auteur avait poursuivi dans l'absurbe..

J'ai eu la chance de rencontrer l'auteur fin août au cours d'un pique nique organisé par Buchet Chastel et je dois avouer que la discussion très intéressante m'a permis d'avoir un autre regard sur cet ouvrage. Mon seul regret fut de ne pas avoir terminé l'ouvrage à l'époque, mais d'un autre côté cela m'a poussé à achever ma lecture. [Non il ne m'a pas fallu 2 mois pour cela, mais les aléas de l'existence ont différé la publication de ce billet.]


Le très bon billet de Sophielit

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

In Cold Blog 09/11/2011 14:28



Intéressante ta remarque sur le fait que discuter avec l'auteur apporte (très souvent) au roman un éclairage différent (ou tout au moins plus convaincant).



Uncoindeblog 10/11/2011 10:53



Et concernant cet ouvrage ce fut pour moins flagrant, je dois l'avouer. L'échange autant avec l'auteur qu'avec les personnes présentes m'a réellement permis de
voir l'ouvrage sous une perception tout autre. De le reprendre également car voulant absolument le lire avant cette rencontre, je m'étais bousculée et cela ne donne jamais rien de bon lorsque
l'on prend un livre et que ce n'est pas le bon moment :)



Stephie 09/11/2011 06:35



Tiens, j'avais oublié ce titre dans ma PAL...



Uncoindeblog 10/11/2011 10:54



Allez fouille encore au fonds de ta PAL, tu vas en redécouvrir d'autres :)))