Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 07:34

http://www.decitre.fr/gi/68/9782264051868FS.gifCroco-Deal / Carl Hiaasen. Traduit de l'américainpar Yves Sarda. 10/18 (Domaine Policier), 2010. 445 pages. 2,5*

Son fils Fry le sait : Honey Santana n'est pas seulement cinglée, elle est aussi très têtue.
Si l'on ajoute à cela son intolérance rageuse pour la bêtise et la méchanceté, on obtient un cocktail dévastateur... Lorsque, dans la même journée, elle perd son travail pour cause de patron peloteur et se fait insulter au téléphone par un démarcheur de chez Sans Trêve Ni Relâche Inc., trop, c'est trop ! Elle décide de retrouver le goujat coûte que coûte afin de lui donner une leçon de savoir-vivre, même si elle doit pour cela traverser la moitié des Etats-Unis et s'embarquer dans une folle épopée qui l'entraînera jusque dans les Everglades.
Tous aux abris, l'ouragan Honey est prêt à déferler sur la Floride !

 

Et bien je ne peux pas dire que ce livre m'a convaincu. Une semaine pour le terminer ! Même avec les meilleures excuses du monde - et oui j'ai parfois une vie très occupée -, on ne peut pas dire que j'ai eu une envie irrépressible de me précipiter pour lire plusieurs chapitres même en étant totalement hors service.

Je dirais, à la limite, que le titre en français donne une idée de l'humour parfois limite de l'auteur. NB, le titre en anglais traduit davantage une des idées de l'ouvrage : "Nature girl". Et oui, encore une fois le passage en français démontre une imagination fertile :)

Il est certain que "Nature girl"donne une excellente image de l'amour de Carl Hiaasen pour la Floride, qu'il sait parfaitement retranscrire dans cet ouvrage (car oui il existe des points positifs à cette lecture). Une nature omniprésente dans le quotidien des personnages, dans le corps de l'histoire car ils vont tous se retrouver sur une île au milieu de centaines d'autres, un huit clos où tout peut arriver, où tout va arriver. Mais avant cela, la moitié du bouquin sera passé avant que tous nos acteurs se trouvent réunis et, même si l'auteur nous plante le décor, nous explique habilement ce qui va les "rassembler", j'ai trouvé cela long, trop long.

La présentation de l'éditeur nous dit que Carl Hiaansen est 'le maître incontesté du polar déjanté". Pffft je veux bien que certains de ces personnages soient plus dingues les uns que les autres, que les extrêmes de la nature humaine soient clairement représentés mais là j'ai trouvé cela vraiment un peu trop pour un polar. Bref, mon humour ne doit pas vraiment correspondre au sien ou alors je n'attendais vraiment pas la même chose que lui dans cette histoire.

Tout avait pourtan pas mal commencé via le banal accident d'un touriste qui entraîne son décès ;  son guide étant un métis séminole, la peur gagne rapidement ce personnage qui planque ce cadavre et décide de se faire oublier. Pouf ! nous passons au personnage d'Honey, LA "Nature girl" qui, comme nous le verrons plus tard croit en une certaine forme de rédemption grâce à la nature. Un peu déjanté mais avant tout une mère qui aime son fils et ne supporte pas la bêtise humaine ou la grossiéreté. Sa rencontre téléphonique avec un démarcheur la lance dans une des crises dont elle a le secret et que rien ne peut arrêter ! De l'autre côté du téléphone un homme flasque, imbu de lui-même, la carricature extrême du beauf. Nous allons découvrir sa vie, son oeuvre avant de le retrouver en Floride grâce aux bons soins d'Honey.

Quand je vous disais que la mise en place était un peu longue à mon goût car il manque encore bon nombre de personnages, mais je m'arrête là et vous laisse libre de découvir la floppée de fous, ou profiteurs qui pullulent dans ce bouquin. Si vous vouliez une raison de plus pour le lire, je vous dirais que l'auteur tape avec allégresse sur les touristes sous toutes leurs formes et c'est réellement des déjantés !!!

 

D'autres avis : ici,

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tamara 06/12/2010 17:56



Bravo pour ta ténacité : tu as fini par en venir à bout, c'est déjà pas mal, roomate ! :-) Pas encore fini mon polar, qui pourtant est super, c'est te dire si je suis bien occupée aussi ! ;-)



Uncoindeblog 07/12/2010 16:00



Je suis juste un peu têtue :s Ah le mois de décembre est un mois qui court trop vite et nous fait perdre la tête ;0)



Emeraude 05/12/2010 22:38



ce qui est incroyable c'est que ce bouquin n'était initialement pas dans une collection polar (je ne sais plus chez quel éditeur c'était exactement, mais je suis certaine que ce n'était pas une
collection polar). Un passage en poche et 10/18 décide de le classer en polar... Pourquoi ? Est-ce que ça valait vraiment le coup ? Si tu ne t'attendais pas à un polar, aurais-tu plus apprécier
ta lecture ? (d'après ce que tu dis non mais sait-on jamais...)



Uncoindeblog 07/12/2010 15:57



Chez Denoël en Thriller donc si la version peut se justifier. Il ya efffectivement des morts mais aucune enquête à mener. Je ne suis pas certaine que j'aurais
apprécier plus ma lecture si je ne l'avais pas vu présenté comme un policier. Mon humour et celui de l'auteur semble différents.