Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 10:47
http://www.decitre.fr/gi/19/9782020997119FS.gifBW / Lydie Salvayre. Seuil, 2009 (Fiction & Cie). 205 pages. 2*
Le 15 mai 2008, celui que dans le livre j'appelle BW perd brutalement l'usage de ses yeux.
Dans l'urgence de parler pour tenir tête au désarroi, BW me livre alors tout ce qu'il a gardé secret durant nos années de vie commune : ses fugues, ses frasques, ses trekkings dans l'Himalaya, sa fulgurante carrière de coureur à pied, les souvenirs obsédants d'un Liban déchiré par la guerre, autant d'expériences, autant de détours qui l'ont conduit, il y a trente ans, à travailler dans l'édition. Car BW est éditeur, et la littérature, sa vie.
Avec une ironie désenchantée, il me parle, le jour, de ses quinze existences passées, de son métier déraisonnablement aimé et de sa décision, mûrie dans le noir, de tirer sa révérence devant des moeurs éditoriales qui lui sont peu à peu devenues étrangères. Je compose, la nuit, le texte dont il est le centre, avec le sentiment que son geste de quitter ce que d'autres s'acharnent à rejoindre revêt aujourd'hui un sens qu'il faut, à tout prix, soutenir.
Tous deux nous nous sentons poussés comme jamais par une nécessité impérieuse. Pour lui, celle de dire ou de sombrer. Pour moi, celle d'écrire ces mots-là, et aucun autre. Ce livre, écrit à vif, est le roman de cette traversée.

Différents titres de la rentrée littéraire de Septembre 2009 m'avaient fait de l'oeil (dont celui-ci) et vu les plus ou moins grandes déceptions des achats effectués, je n'ai guère hésité lorsque j'ai vu ce titre en allant rendre une petite visite à Dame Chiffonnette en son second antre :)
Verdict pastiche : Mais que diable suis-je allée faire dans cette galère ?
J'exagère un tantinet, il est vrai (sans être marseillais mon père et moi-même avons une tendance à bloquer l'entrée du port de Marseille grâce à nos propos (bah oui il ne s'agit pas de sardine cette fois, vous vous en doutez un tantinet ;-D)). Bref je ne suis jamais parvenue à entrer dans ce roman, à y trouver un réel intérêt autre qu'un aspect condensé de biographie de Lydie Salvayre à l'égard de BW (Bernard Wallet, fondateur des Editions Verticales).
La forme se veut originale en étant la restranscription de leurs conversations durant la cécité ponctuelle de BW qui cherche un échappatoire à la peur de tout lecteur. Même si certains des propos-histoires sont touchants, les faits qui montrent les qualités d'âmes de BW, ses illusions perdues au cours de ses voyages, ses déplacements professionnelles et la création puis la perte de sa maison d'édition risquent de ne me laisser aucun souvenir positif au lendemain de ma lecture. J'ai tourné les pages, lu sans plaisir, sans aucun attachement aux personnages : les faits relatés sont-ils par trop personnels et trop succints pour que je ne m'y sois pas attaché en dépit des "récits de guerre" forts et marquants ? Je ne sais pas mais il est certain que si ce livre n'avait pas été si court, sans doute l'aurais-je abandonner...

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Brize 31/01/2010 18:19


Ne t'inquiète pas : si j'ai vraiment envie de le lire, je le trouverai moi aussi facilement à la bibliothèque !


Uncoindeblog 01/02/2010 13:52


C'est vrai que ta bib semble proposer pas mal de "nouveautés".


Mo 30/01/2010 15:44


Sur le moment j'ai beaucoup aimé, mais il faut bien admettre qu'après deux ou trois semaines il ne m'en reste plus grand-chose...


Uncoindeblog 31/01/2010 17:59


Cela ne me rassure qu'à moitié Mo, mais j'apprécie ta franchise. Merci !


Brize 30/01/2010 13:24


Un roman qui ne m'attirait pas, mais j'avais lu des billets élogieux, au point que je m'étais dit pourquoi pas... Maintenant, je retourne un peu à la case départ !


Uncoindeblog 31/01/2010 17:57


Oui j'ai effectivement lu des billets élogieux sur la toile, mais je dois être déçue par ma lecture, car je n'ai eu nulle envie de les ajouter en fin de
billet.
C'est un exemplaire de bib sinon je te l'aurais passer avec plaisir afin que tu puisses te faire ta propre opinion.