Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 23:20

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/99/Tulipe_noire.JPG/338px-Tulipe_noire.JPGLa tulipe noire / Alexandre Dumas. Nelson, 1935. 378 pages. 3*

En 1672, Guillaume d'Orange prend le pouvoir en Hollande, profitant du massacre par le peuple, des frères Jean et Corneille de Witt accusés de tractations secrètes avec la France.
Pendant ce temps, loin des tumultes de la politique, le jeune Cornélius van Baerle (filleul de Corneille de Witt), se livre à sa passion des tulipes en essayant de créer une tulipe noire, dont la découverte sera récompensée par un prix de la société horticole de Harlem. Le voyant sur le point d'aboutir, son voisin Boxtel, par jalousie et par cupidité, le dénonce comme complice de Corneille de Witt.
Bien que ne connaissant pas le contenu des lettres que son parrain lui avait confiées, Cornélius est accusé de trahison. Il n'a que le temps d'envelopper ses caïeux de tulipe noire dans une lettre l'innocentant mais qu'il n'a pas lue, avant de se retrouver en prison et condamné à mort. Mais au dernier moment, Guillaume d'Orange transforme sa peine de mort en prison à perpétuité... La Tulipe Noire est un des plus célèbres romans d'Alexandre Dumas.

(source image)

 

La tulipe noire... ha-ha, je vois déjà vos yeux brillaient et voir-revoir des aventures de capes et d'épées !! Que nenni ! En effet, si le titre est le même, là s'arrête l'homonymie. Notre histoire se fonde sur des bouleversements politiques qui vont entraîner le filleul de Corneille de Witt, Cornélius, vers la peine de mort transformée en prison à perpétuité. Non il ne s'agit pas non plus d'un remake du Comte de Monte Cristo, désolée...Toute l'histoire va résider autour d'un oignon de tulipe qui sera à la fois la perte et le sauveur de ce Cornélius, le tout "agrémenté" d'une histoire d'amour presqu'à l'eau de rose, un peu bétifiante, même si la naïveté est plus grande chez l'homme que chez la femme. Assez surprenant de la part d'un auteur du XIXème siècle. Mais sait-on jamais, après tout ce que j'ai appris ces derniers jours sur Alexandre Dumas, peut être une féministe avant l'heure a-t-elle écrit certaines des pages de ce roman ? (j'extrapole et ne suis allée nul part confirmer mes allusions).

Mais avant cela, les premiers chapitres de ce roman ne sont pas à laisser entre tous les yeux, puisque nous allons assister à une scène de lynchage fort  (trop à mon goût) réaliste alors que les frères de Witt tentent de gagner les frontières de la Hollande afin d'échapper à la vindicte populaire. Sans doute y seraient-ils parvenus (mais alors plus d'histoire ;-D) si un personnage étrange tout d'abord, qui, nous allons rapidement le savoir, n'est autre que Guillaume d'Orange ne leur mettait des obstacles insurmontables. Le personnage est ambivalent tout au long de l'ouvrage, mais cette première rencontre nous laisse une image froide et calculatrice ; semblant tout d'abord abattu, rabougri, tenant à peine sur ses jambes à la vue de cette population avide de vengeance, le massacre des frères semblent le ramener à la vie grâce au sang répandu. Mais passons là ces scènes froides et destructrices, Alexandre Dumas bascule dans la vie de Cornélius, doux rêveur et tout à son affaire de découvrir de nouvelles variétés de tulipes, à qui son parrain a confié des lettres politiques préjudiciables. L'homme ignore tout, comme il omet de regarder autour de lui et ne s'est pas rendu compte du préjudice à l'égard de son voisin, car en  se lançant dans le commerce des tulipes, il le ruine. Celui-ci, amer et moins fortuné a pris ombrage de ses succès et cherche par tous les moyens à lui porter préjudice. Une lettre de dénonciation, un Cornélius dans la lune, trop occupé à dorloter ses caïeux de futur tulipe noire (un prix a été lancé) et le voici qui se retrouve emprisonné, jugé, condamné. La tulipe noire est-elle déjà morte avant d'avoir pu se montrer ? Et non , voici Rosa la fille du geolier...

Et oui, voici le second personnage principal de cette histoire, au même niveau que la tulipe noire. Vous croyez tout d'abord découvrir une jeune fille naïve à l'image de l'homme dont elle s'éprend, inculte, ne sachant ni lire, ni écrire et sous la coupe de son père ; en tant que femme qu'elle place peut-elle espérer ? En fermant l'ouvrage vous aurez vu qu'elle a su agir pour suivre son amour, en allant demander la mutation de son père auprès de Guillaume d'Orange, qu'elle sait utiliser les faiblesses de son père pour mieux retrouver son Cornélius. Enfin que, grâce à elle la tulipe noire pourra être plantée, fleurir et être présentée dans la bonne ville d'Haarlem.

Sur fonds d'histoire d'amour niaiseuse, Dumas nous donne à voir le portrait de personnages caricaturaux, nous montre l'intelligence et le bon sens d'une jeune fille partie de rien, mais qui sut se jouer des obstacles.

Le tout se lit aisément mais reste, à mon sens, profondément marquer par l'époque à laquelle elle a été écrite.

 

http://www.decitre.fr/gi/85/9782070338085FS.gifLa dame pâle / Alexandre Dumas. Folio, 2009. 103 pages

Au cœur des Carpathes dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki s'affrontent pour conquérir la belle Hedwige.
Or Kostaki est un vampire qui revient chaque nuit assouvir sa soif de sang auprès de la jeune femme devenue l'objet d'une lutte sans merci entre les deux frères. Une étrange histoire pleine de romantisme et de fantastique où l'angoisse le dispute au romanesque...

 

Une autre histoire de femme ici, mais dont la couverture vous donne déjà un avant goût de ses aventures. Ne laissez pas votre imagination s'enflammer....

En effet, une nouvelle fois cette femme appartient à son époque et subit les aléas historiques et politiques. Voulant sauver son dernier enfant, son père l'envoie se cacher là où sa mère était parvenue à sauver son existence par le passé. Mais c'est sans compter avec le destin qui lui fait croiser la route de deux frères ; deux entités que tout opposent bien entendu, le bien contre le mal. Une image connue mais que Dumas sait, en quelques pages redessinée. Il trousse pour nous une histoire mélant habilement la confrontation à la fois fraternelle et entre Dieu et le Diable symbolisé par un abandon à la mort éternelle via l'appartenance au monde des morts vivants.

Jouant à merveille, une nouvelle fois, avec les faits historiques et géographiques, il immisce les légendes qui peuplent ces régions de l'Est et nous entraîne, toujours (LoL) dans une histoire d'amour où le fantastique prend place, ce qui a rendu l'histoire plus vivante à mes yeux que les prémices des émotions évoquées dans La tulipe noire. 

Une histoire courte mais vivante *enfin si l'on peut dire ;0) *

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Stephie 20/11/2010 09:53



Moi, je m'en moque... je t'ai entendu parler du premier en vrai... et non, hein. Le second, par contre... pourquoi pas



Uncoindeblog 29/11/2010 16:02



Oui je n'ai pas vraiment été vendeuse ce jour là. Le second est court donc toujours possible de piquer qques minutes pour le découvrir.



Karine :) 18/11/2010 19:23



Morte de rire à ta dernière phrase!  J'aime Dumas et il me semble avoir lu ça il y a un moment.  Mais bon à lire ton résumé, je n'en suis plus du tout certaine.  Ce ne serait pas
la première fois que je serais dans les patates, hein!



Uncoindeblog 29/11/2010 16:01



Surpenant :)) Oui bah question patates, je me pose pas mal, pas de soucis, nous nous comprenons ;-D