Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 07:14
A moi pour toujours / Laura Kasischke. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Anne Wicke. [Christian Bourgeois éditeur] Le Livre de Poche, 2008. 377 pages. 2,5*
" A moi pour toujours " : tel est le billet anonyme que trouve Sherry Seymour dans son casier de professeur à l'université un jour de Saint-Valentin.
Elle est d'abord flattée par ce message qui tombe à point nommé dans son existence un peu morne. Mais cet admirateur secret obsède Sherry. Une situation d'autant plus troublante qu'elle est alimentée par le double jeu de son mari. Sherry perd vite le contrôle de sa vie, dont l'équilibre n'était qu'apparent, et la tension monte jusqu'à l'irréparable... Laura Kasischke peint avec talent une réalité américaine dans laquelle tout, y compris le désir, semble bien ordonné.

Sherry Seymour, petite quarantaine, femme qui prend soin d'elle, heureuse dans son travail, dans son ménage, mais...
Tout d'abord je crus qu'il s'agissait d'un roman concernant la remise en question d'une femme dont l'enfant vient de partir pour l'université, qui le voit s'éloigner, la sensation de la perte alors qu'il reste son petit, mais Laura Kasischke ne développe pas cette thématique de manière aussi linéaire que je l'aurais pensé de prime abord. Elle incruste d'autres éléments par petites touches soigneuses, tout en les rattachant à son personnage principal.
La crise de la quarantaine semble l'élément qui lui sert de base : crainte de ne plus plaire, de voir son couple, sa vie s'étioler.
L'admirateur anonyme va être la foudre qui fera naître le feu, en laissant quelques braises qui n'attendent qu'un souffle pour prendre. Ce sera l'amant de Sherry qui va la projeter beaucoup plus loin qu'elle ne pouvait l'imaginer, entraînant dans sa chute son mari Jon, son fils Chad dont elle croyait pour l'un comme pour l'autre, tout savoir, tout connaître. Mais à son image, tous deux ont leurs secrets plus ou moins avouables, et toute sa vie familiale, amicale en ressortira bouleversée.
Le style de Laura Kasischke est toujours  aussi a
gréable à lire, son réalisme du quotidien intéressant, bien que le rendu des scènes d'amour me lassent : j'ai l'impression de les retrouver à l'identique d'un livre à un autre et, leurs redites au fil des "chapitres" dans ce roman ne m'apportent pas grand chose. A cela je dois ajouter son héroïne qui m'a particulièrement agacée dans de nombreux passages  en raison de son aveuglement sur bien des situations. Mais sans doute est-ce, en partie, le but recherché. Comment cette Madame tout le monde se voit dépasser par le cours des choses, son manque de discernement, son passé qui la rattrape : - le suicide de son frère, - la situation de son père et leurs relations, - les travers amoureux de son couple, - son fils. Cela ne lui est pas propre, car cela concerne tous ceux de son entourage.
Une chute attendue mais un livre qui se laisse parcourir.
Néanmoins, je ne peux pas dire que ce deuxième essai soit tranformé. Je n'éprouve pas pour cet auteur autant d'intérêt que Papillon par exemple.

PS : Ce livre fut abandonné dans la bibliothèque de mon lieu de villégiature. J'espère qu'il y trouvera un lecteur plus intéressé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anjelica 02/10/2009 00:28


je n'avais pas du tout aimé, ce livre m'avait agacé au plus haut point !


Uncoindeblog 02/10/2009 22:14


Comme on se sent moins seul lorsqu'on lit des avis similaires. Merci Anjelica !


praline 30/09/2009 20:27


Oh, je ne te sens pas plus emballée que ça ! J'ai l'impression que ça passe ou ça casse avec elle !


Uncoindeblog 02/10/2009 22:13


Oui pour moi cela casse à chaque fois avec elle. Pourtant j'aime redonner leur chance aux auteurs mais là je crois que je vais laisser tomber. Tu
accroches ?