Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 18:00
Une poignée de seigle / Agatha Christie. Nouvelle traduction de Marie Franck. Editions France Loisirs, 2008. 309 pages - [(c) 1953]
Pourquoi glisser une poignée de seigle dans la poche d'un homme après l'avoir assassiné ? Pourquoi accrocher un cintre dans le nez d'une jeune fille après l'avoir étranglée ? Que signifient ces indices saugrenus ? Sont-ils la signature du meurtrier  Dans ce cas, il ne peut s'agir que d'un fou. D'un monstre....

Tous coupables ou coupable(s) évident(s)... Tel pourraît être les premières impressions du lecteur au fil des premières pages. Mais l'évidence n'est pas au rendez-vous comme l'apprend rapidement l'inspecteur Need lorsqu'il découvre le second cadavre qui ne semble n'avoir aucun trait commun avec Mr Fortescue, homme d'affaires, financier peu scrupuleux, avide de puissance etc...
Quel est le lien avec le meurtre de cette petite bonne naïve et peu futée, entrée depuis peu au service de cette famille où chacun pourrait être le coupable idéal, où tous ont à gagner avec ce décès, à commencer par la veuve.
Habilement A. Christie tisse un tableau peu engageant d'une famille dont la fortune ne s'est pas toujours faite d'une manière honnête, ainsi que du personnel de service de cette maison ; chacun d'entre eux semble sortir d'un tableau ou représenter une caricature. Elle imbrique secrets de famille, coupable idéal afin de mieux nous perdre. Mais c'est sans compter sans Miss Arple qui, comme toujours, sait passer au travers des services de sécurité afin d'approcher du lieu du crime, se faire inviter à demeurer dans les lieux puis observer, discuter, gagner la confiance aussi bien des autorités que de cette famille avant de dénouer tous cet imbroglio qui ne reposait que sur l'amour, la maladie et inéluctablement la mort.  



Le major parlait trop / Agatha Christie. Nouvelle traduction de Jen-Michel Alamagny . Editions France Loisirs, 2008. 256 pages - [(c) 1964]
Miss Marple, en vacances aux Antilles, se livre à sa distraction favorite : l'observation minutieuse des occupants de son hôtel. Le Major Palgrave ne cesse de l'accabler du récit de ses exploits. Mais il est bientôt retrouvé mort. Aurait-on assassiné cet inoffensif vieillard ? Et si oui, pourquoi ? Mais surtout, Miss Marple saura-t-elle découvrir le coupable ?
Un meurtre. Et des histoires de meutrier / meurtrière comme s'il en pleuvait. Le major en raconte à qui mieux mieux, mais un peu comme ce jeune berger qui criait au loup, à force de l'entendre palabré personne n'a réellement prêté une oreille attentive à toutes ses histoires. Une fois le Major disparu, il reste à démêler ce sac de noeuds auquel tout un chacun sait ajouter un commentaire ou lancer une fausse vérité.
Dans ce lieu paradisiaque, Miss Marple a fort à faire afin de faire entendre raison à ce groupe de touristes quant à sa version des faits. Fine mouche elle sait attirer des alliés de choix.
Certains éléments m'ont paru évidents dès les premières pages, mais A. Christie essaie de nous embrouiller, de nous entraîner sur de fausses pistes. Tout comme le meurtrier, elle distille des informations qu'il ne faut pas forcément prendre pour argent comptant.
Est-ce le fait que Miss Arple ne soit pas dans son espace habituel, et donc paraît moins crédible entre la plage et les soirées accompagnées de steel-band, mais je me suis moins intéressée à cette énigme, qui voit les meutres s'échelonnaient dans le roman.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'anglais
commenter cet article

commentaires

yueyin 13/05/2009 19:10

je me rends compte que j'aurais dû préciser, je préfère le major... qui me semble illustrer )à merveille le credo de miss marple, la nature humaine est partout la même !!! Une poignée de seigle me séduit moins même si miss Doyle est un personnage intéressant, les autres m'ont toujours semblé un peu simplistes ;-)

Uncoindeblog 13/05/2009 20:04


Tu n'as pas tort, ce sont tous des caricatures d'eux-mêmes, qu'il s'agisse de la famille ou du personnel.


yueyin 13/05/2009 19:08

Pareil, que l'autre un très bon, un moyen... le major parlait trop m'éclate toujours... je le relis souvent !!! quelle finesse dans la description des personnages :-))

Uncoindeblog 13/05/2009 20:03


C'est peut être le choix de l'éditeur. Pour ma part, j'ai bien aimé Une poignée de seigle car je n'avais pas deviné la chute.