Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 06:30
... une vraie ménagerie me direz-vous ? Pas vraiment. Plutôt l'esprit fertile d'un jeune enfant, souffrant de la séparation de ses parents et qui, ballotaient par les événements et la recherche de stabilité de sa mère dans sa situation domestique, financière puis affective  se voit la suivre en compagnie de sa jeune soeur.

Quelques errances qu'il canalise par son imagination pendant que sa soeur elle, joue les malades (chez la grand-mère maternelle) ou s'isole dans ses jeux enfantins ou sa collection de reptiles et batraciens. Moins visible que son frère, la narration se faisant par les yeux de cet enfant dont nous connaissons uniquement la description physique et l'âge, elle n'en demeure pas moins avec la mère les éléments dominants de cette histoire.
Histoire en partie autobiographique dont les souvenirs flous se juxtaposent à l'imaginaire, qui nous lancent dans une aventure de quelques chapitres : Des jours sombres tout d'abord, auxquels Des jours clairs vont succéder, en conservant une forme d'écriture similaire dans lequel ce côté fou m'a tout d'abord intrigué, amusé parfois mais, un monde dans lequel je ne suis pas parvenue totalement à entrer - j'ai tout d'abord cru à des histoires tribales cf ce tigre qui apparaît dès le premier chapitre m'a fait penser à l'identification à un animal (souvenir du film La forêt d'Emeraude, sans doute (aller jusqu'à 1'46)) qui permettent aux jeunes de passer à l'âge adulte avant de réaliser, en avançant dans ma lecture, que vu l'âge du narrateur cela ne correspondait pas - .
Contrairement à bon nombre de lecteurs de cet opuscule, j'ai été ravie que la narration ne soit pas plus longue car la lassitude aurait pu me gagner. 
L'ouvrage n'en reste pas moins original par son traitement du point de vue enfantin de la séparation, mais ce n'est pas un livre qui me donne envie de le relire.

Merci à Loula pour le prêt ;-D ; son billet est ici.

Les oreilles du loup / Antonio Ungar. Traduit de l'espagnol (Colombie) par Robert Amutio. Les Allusifs, 2008. 130 pages
Du haut de ses arbres et de ses cinq ans, un garçon farouchement libre, crinière rousse au vent et ses chaussettes jaunes bien remontées sur son pantalon rouge, guette les ombres du monde des adultes et le fantôme fou de son père.
Bringuebalés dans la tourmente de la séparation de leurs parents, sa petite s?ur et lui entament avec leur mère une errance entre ta savane et la ville, ta jungle et les plateaux de ta cordillère des Andes, en quête de survie, d'une éclaircie. Les sensations et images isolées qu'il perçoit avec ses yeux de tigre, la force de la violence et du malheur, mais surtout celle de l'amour et de ta beauté, composent le portrait impressionniste d'une Colombie sensuelle et meurtrie.


Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'espagnol
commenter cet article

commentaires

Loula 17/04/2009 14:56

C'est marrant car du coup j'ai relu mon billet sur ce livre et je ne sais plus trop quoi en penser.. Si au début j'ai eu du mal à m'en détacher, finalement, je n'en ai plus aucun souvenirs... Vu qu'il n'a pas l'air e de se décider à voyager, tu peux me le renvoyer si tu ne veux plus qu'il encombre tes étagères!!;-)

Uncoindeblog 18/04/2009 08:55


Coucou Loula ! Il est reparti vers toi. Merci encore pour ce prêt  ; cela m'a permis d'assouvir ma curiosité habituelle :))