Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 22:40
Dickens. Oui Dickens. Bien sûr que je connais, comme tout le monde, non ?
Enfin pas si bien que cela après tout, car je n'étais pas certaine d'avoir jamais lu une oeuvre intégrale de lui, autrement que sous une forme imagée.

Dame Chif' rendant avec enthousiasme son exemplaire à Fashion et, cette dernière, trop heureuse de prêter (et ayant sans doute ainsi l'impression de moins posséder) m'a tendu les mini-volumes qui se glissent si facilement dans la poche ou le sac :)
Bref je partais le coeur léger à la découverte de ce roman, pour lequel Flo venait de m'avouer qu'elle était sortie enchantée de sa lecture.
Devant tous ces beaux esprits et dans de telles conditions, auriez-vous su résister ?
Non, j'en suis certaine :)


De grandes espérances / Charles Dickens. Traduction de l'anglais par Charles-Bernard Derosne, révisée par Frédérique Pressmann. Seuil, 1993 (L'Ecole des lettres). 813 pages
Pip est un jeune garçon rêveur et sensible. Élevé par une soeur revêche et un beau-frère d'une nature excellente mais tenu sous la coupe de cette maîtresse femme, il aime à traîner au cimetière où sont enterrés ses parents. Les pierres tombales, bien évidemment, ajoutent à l'atmosphère lugubre de l'Angleterre dépeinte par Dickens, toile de fond au récit de l'ascension sociale de Pip.

Enfant, avant même qu'un héritage inattendu éveille en lui "de grandes espérances", il voit le monde à travers le filtre étrange de son imagination qui frise parfois le surnaturel et le prédispose à la rencontre avec deux êtres qui vont transformer sa vie : un forçat évadé, figure qui reparaîtra de manière récurrente, et Miss Havisham, vieille folle qui n'a de cesse, pour venger sa jeunesse bafouée, d'exhorter Estella à briser le coeur de toute la gent masculine. C'est chez elle, dans une demeure au temps assassiné, qu'il fera l'apprentissage des bassesses de la nature humaine.


La première bonne surprise de cette édition vient du préfacier : John Irving, auteur que j'apprécie énormément et, moi qui suis allergique aux préfaces, j'ai pris de l'intérêt à lire cette quarantaine de pages. Maintenant que j'ai terminé ma lecture il serait utile de la relire car il distille des informations tant sur l'ouvrage que sur l'auteur, et suis certaine que connaissant la tournure du roman, ma lecture et compréhension seraient tout autre.
Je n'ai pas partagé l'enthousiasme de certaines lectrices même si cette lecture ne m'a pas déplu. Les personnages sont intéressants, la plume de Dickens est manifeste (un crime de lèse majesté pour certains si j'avais émis une hypothèse autre, mais si elle m'avait déplu je l'aurais écrit de la même manière), et permet de se laisser gagner par des atmosphères, les brouillards des marais par exemple, le caractère si bien décrit par leurs gestes, propos et tenus de cette assemblée si dissemblable et qui se trouve réunie par Pip, ce jeune garçon qui pourrait passer comme insignifiant. C'est toute la force de l'auteur de créer à partir de ce petit bonhomme une histoire, de nous entraîner vers d'autres vies, d'autres personnages pittoresques. La folie, la bonté, ... tous les caractères sont là, faisant avancer l'histoire, la retardant par instant, entrelacement qui vient trouver son explication au terme de ce roman.
J'ai néanmoins trouvé dans certains chapitres un manque d'élan, une stagnation de l'histoire et un aspect moralisateur dans certains passages qui m'ont fait jugé cette oeuvre non pas vieillotte, mais marquée par son temps. Comme je l'ai dit, l'écriture n'en reste pas moins très imagée et originale.


Les billets beaucoup plus élogieux, et qui vous donneront davantage envie de découvrir cette lecture, de Chiffonnette, de Lilly.
Stéphanie, plus nuancée :)

Oh !!!
C'est le 101ème billet lecture :)

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit de l'anglais
commenter cet article

commentaires

rory 23/02/2009 10:53

Dickens est un genie, j'aime beaucoup ce livre...

Uncoindeblog 26/02/2009 13:54


Fashion, Karine & co ne vont pas te contredire.


Anne la provinciale 09/02/2009 17:04

Pour enfoncer le clou, Pip a tué mes velléîtés de réalisation du "Fashion Klassik List"
(Flagellez-moi avec des orties mais je ne PEUX pas le lire) (sanglots) :-D

Uncoindeblog 09/02/2009 19:17


Laisse tomber Anne la provinciale, cela n'est pas la peine de se rendre malade :))


fashion 06/02/2009 18:34

Je ferai comme si je n'avais rien lu.
Non mais.
:))

Uncoindeblog 07/02/2009 19:48


*innocente* Mais à propos de quoi Fashion ?


Anne la provinciale 06/02/2009 12:58

Voilà 18 mois qu'il trône sur ma table de chevet, coincé à la page 30.. Définitivement, je ne suis pas amie avec Dickens...

Uncoindeblog 07/02/2009 19:48


Cela peut arriver :s. Tu ne vas pas te faire des amis dans la blogosphère :)


yueyin 06/02/2009 11:26

ce devrait être mon premier Dickens :-)) yapuka !!!

Uncoindeblog 07/02/2009 19:47


Où le caches-tu ? Es-tu certaine de le retrouver ?