Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 21:05
La pension Marguerite / Metin Arditi. Actes Sud, 2006 (France Loisirs : courts romans & autres nouvelles). 200 pages
En une journée, la vie d'Aldo Neri, violoniste virtuose, va basculer : alors qu'il s'apprête à donner un grand concert à Paris, il reçoit une enveloppe à son hôtel, adressée par le psychanalyste de sa mère, Anna, contenant des liasses de feuillets manuscrits rédigés par celle-ci peu avant son suicide. Aldo plonge dans le souvenir de l'exhubérante pension Marguerite où il vivait avec sa mère jusqu'au drame qui les a séparés...

Quelle chance me suis-je dit en commençant ce livre. Et oui, difficile d'enchaîner avec un autre ouvrage lorsque vous en sortez enchanter. Mais là, tout de suite je me suis laissée bercer par la plume de Metin Arditi. Je n'avais pas lu la 4ème de couv, je me souvenais vaguement du sujet - en fait je mélangeais allègrement deux pensions fort distinctes - mais mon bonheur de lecture n'en était que plus grand, car je découvrais...
J'étais conquise par Aldo, ce musicien. Qui était-il vraiment ? Un virtuose enchanteur ou un artiste ayant pris la grosse tête. Ces notes qui débarquaient dans sa vie sans crier gare, allaient-elles le plonger dans de beaux/bons souvenirs ? Quel impact allaient-elles avoir sur sa journée impeccablement organisée, que l'auteur nous invite à suivre ?
Allaient-elles créer un cataclysme dans sa vie, dans sa tête, durant le concert programé 3 ans après un semi-échec dans cette même ville (Paris) ?
Sans chercher à spoiler, vous imaginez sans peine à la lecture du dos de l'ouvrage, comme de mes propos que le "journal" de sa mère va provoquer des remous dans cette journée.
Par ces écrits, vous allez découvrir ce que fut l'enfance d'Aldo au travers des yeux de sa mère, comment il fut construit, ce qu'il lui reste à parcourir... La chute fut un peu une déception pour moi. Non pas le concert qui lui permet d'aller au bout de ses sentiments, de "rendre hommage " à sa mère, de communiquer avec sa femme, mais la fin de la lecture de ces notes m'a pris par surprise - sans doute ce qui a fait ressentir un dégoût à Emeraude est-il semblable ? - . Je pense que m
on éducation bien pensante a fait que je me suis détachée des personnages dans les dernières pages, et elle n'est sans doute pas étrangère  à un certain désappointement dans la fin de ma lecture ; en dépit du renouveau du couple la chute me laisse une pointe d'amertume, ce qui est fort dommage.


Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Karine :) 05/12/2008 18:42

Je ne sais pas si je le lirai (vu que toi et émeraude semblez avoir un peu décroché) mais je suis drôlement intriguée, en tout cas!

Uncoindeblog 06/12/2008 21:56


Je pense que toute la partie musicale devrait te plaire. Les relations du musicien à son violon. Le fait que son épouse soit luthier et ses impressions de concert
sont intéressantes.


Emeraude 05/12/2008 09:11

ça fait bien longtemps que je l'ai lu mais je me souvenais effectivement en avoir ressenti quelque chose de plutôt négatif... mais je ne me souvenais pas avoir ressenti du dégoût, comme quoi !

Uncoindeblog 06/12/2008 21:55


J'ai juste repris le terme de ton billet :)


Finette 04/12/2008 23:27

Je n'ai pas réussi à accrocher, je n'ai lu que quelques pages de ce livre...
En revanche, du même auteur, j'au adoré " La fille des Louganis", un roman qui dégage une forte intensité dramatique et beaucoup de sensualité! :)

Uncoindeblog 06/12/2008 21:53


Toute la première partie m'a beaucoup plu. Ensuite comme c'est un livre court, je l'ai terminé :s