Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 06:30
Sans doute connaissez-vous Jean Diwo, car ce roman n'est pas son premier livre, loin s'en faut.
Néanmoins j'ai retrouvé les travers dans :

Moi, Milanollo, fils de Stradivarius / Jean Diwo. Flammarion, 2007. 389 pages

déjà ressentis au cours de ma lecture du dernier volume des "Dames du faubourg" : trilogie consacrée aux ébénistes et au faubourg Saint Antoine à Paris, le lieu de ces artistes dont les 2 premiers volumes m'avaient captivés, mais dont le dernier semblait vouloir avaler les siècles et nous brinqueballer à toute vitesse au travers des années, sans s'attacher aux personnages.
Souhaitant raconter la vie de Milanollo, violon né en 1728, j'ai éprouvé un sentiment similaire en de nombreux moments du roman. Même si ce violon a traversé les siècles, a eu une histoire mouvementée et croisé le chemin de compositeurs et musiciens prestigieux, je ne suis pas réellement parvenue à m'attacher à son sujet, si ce n'est au travers de
Teresa Milanollo qui lui laissa son nom.  Et cela est sans doute le fait que je ne connaissais pas cette musicienne et que le temps de quelques chapitres, Jean Diwo nous raconte sa vie et celle de ses proches.
L'autre élément qui m'a déplu est que l'auteur choisit de nous raconter ces siècles en se mettant dans la peau du Milanello ! Idée assez originale ? Si l'on veut. Pour ma part, j'ai cru réentendre la version de de "Piccolo, Saxo et cie".
Si vous ne connaissez rien au violon à son anatomie, vous apprendrez quelques éléments, mais peut être serez-vous parfois perdu (?).
Vous croiserez compositeurs, artistes gravitant autour de la musique ainsi que quelques grands noms de ces siècles passés.

Sauf erreur de ma part (mémoire, mémoire, où es-tu ?) si vous souhaitez lire du Diwo lié à la musique, vous préférerez lire "
Les violons du roi" (lu au moment de sa sortie).
Pour en savoir plus sur l'
art des luthiers :o)
Pour ma part, je retourne à Lehane & "Mystic River"

"Si je vous dis que je m'appelle Milanollo, né en 1728 et fils d'Antonio Stradivari, serez-vous étonné ? Peut-être pas. Mais si j'ajoute que je suis un violon doué de parole, de souvenirs, d'émotions, sans doute plus. J'en ai connu des aventures, en presque trois siècles d'existence : d'abord baptisé Coucher de soleil par Jean-Sébastien Bach, puis offert au Régent, j'ai fait vibrer la Pompadour comme Marie-Antoinette... Si les plus grands artistes m'ont permis d'être ovationné dans le monde entier, il m'est arrivé - hélas! - de vivre des moments douloureux. On a tué pour me dérober. La Révolution m'a fait fuir dans les bagages du virtuose Viotti vers l'Angleterre, où son confrère Dragonetti m'a ensuite envoûté, suivi par Paganini et la grande Teresa Milanollo. Plus récemment, j'ai appartenu encore aux fameux virtuoses Christian Ferras et Pierre Amoyal. Et aujourd'hui ? Eh bien, moi qui ai pleuré aux drames que mes maîtres ont vécus et éprouvé des bonheurs indicibles, je vous laisse savourer mes derniers chants, dans la magie du coup de théâtre qui referme ce livre."

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

Aleth Michel 15/03/2009 03:36

Je viens de trouver votre réponse à mon commentaire du 08/10/2008! Mes recherches avancent....
Ayant eu une formation d'historienne il y a plus de 25 ans (Paris I Panthéon-Sorbonne.) le fait que les éditeurs selon vous ne souhaitent pas publier une bibliograophie pour un "roman historique" me "dérange un peu".
A propos de violons, avez-vous lu "Tribulations d'un stradivarius en Amérique", récit Actes Sud, écrit par mon collègue luthier Frédéric Chaudière?
Un récit n'est pas un roman, bien que ce récit soit sensé être une œuvre de fiction...
Je n'ai pas encore décidé sous quelle forme écrire mes recherches, ni en quelle langue. J'hésite entre une biographie "assez universitaire" qui pourrait interesser des University Press américaines ou anglaises, et un livre en français pour le "grand public" abordant la biographie de Teresa Milanollo et son mari , le général Parmentier sous forme de récit, situant les épisodes les plus insolites de leurs vies dans le contexte historique du XIX e siècle.
Qu'en pensez-vous?

Aleth Michel 08/10/2008 17:58

Je viens de lire votre article "Bof! Pour les inconditionnels" . Contente que vous trouviez le personnage de Teresa Milanollo "attachant"!. Je fais des recherches depuis quelques années dans le but de publier une biographie de Teresa Milanollo. Diwo "romance" beaucoup, et déforme quelques références historiques(article de Berlioz etc...). 'Les violons du roi' aurait du avoir 1 ou 2 pages de bibliographie, car beaucoup des recherches de D Rosenguard et Carlo Chiesa sont plagiarisées, utilisées, déformées et romancées, sans aucunes references à leurs divers travaux. C'est du roman

Uncoindeblog 10/10/2008 00:25


Le fait qu'un auteur romance peut sans doute ne pas lui être reproché. Il adapte à sa sauce ce qui l'arrange :s
Le mérite de Diwo est de permettre au grand public (sans ironie de ma part) de croiser aux fils de leurs lectures des personnages ignorés sans cela par le plus grand nombre, si un roman
ne leur donnait pas cet éclairage. C'est grâce au ton rendu par son ouvrage que j'ai réservé une petite place dans mon billet à T. Milanollo :)
Le plagiat est plus délicat car relève du monde juridique.
Quant à la notion de bibliographie, j'ai l'impression que les éditeurs ont tendance à ne pas souhaiter les voir apparaître lorsque l'ouvrage concerné est un roman. Je peux me tromper (et je le
souhaite) mais c'est une discussion avec Carolyn Grey qui me revient à l'oreille et qui me fait tenir de tels propos.
Bonne continuation pour vos recherches et travaux !


pom' 07/09/2008 08:27

je n'ai lu qu'un Diwo , je ne me souvient plus de titre, c'etait l'histoire d'une fille de jardinier du roi louis XIV, si j'ai beaucoup appris sur la façon de construire les fontaines de Versaille, je n'ai pas trop accroché a son écriture, je note toutefois" les violons du roi".

Uncoindeblog 08/09/2008 21:04


Ah oui j'en avais entendu parler. Après consultation de sa biblio : "La fontanière du Roy" peut être ? (pour ma part ce n'est pas à ce titre que je
pensais)


Karine 03/09/2008 12:23

Bien entendu, ça m'intéresse quand même!!! Mais bon, je vais plutôt noter "Les violons du roi".. mais commencer par lire "La chorale de maîtres bouchers", que j'ai acheté il y a une dmi-éternité déjà!!! Deviendrais-je raisonnable???

Uncoindeblog 03/09/2008 21:12


Tes nouvelles étagères se seraient-elles écroulées ou ???
"Raisonnable", le mot est fort ;-D J'ai un peu de mal à y croire lol