Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 00:00
... fort heureusement car j'imagine que si cela ne tenait qu'à moi, jamais ce livre n'aurait reçu tous les encouragements qu'il a valu à son auteur (dont c'est le 2ème roman), en ce qui concerne son style et "sa langue totalement réinventée".
Bref vous l'aurez compris je ne partage pas l'enthousiasme débordant de certains blogs pour :
Montecore, un tigre unique / Jonas Hassen Khemiri. Traduit du suédois par Lucile Clauss et Max Stadler. Editions du Rocher, 2008 (Le serpent à plumes), 376 pages.
L'histoire que raconte Montecore est parfaitement ordinaire. Presque banale. Dans les années 70, un jeune Tunisien vit de petits boulots et rêve de devenir photographe. Après le travail, il traîne sur la plage, drague les touristes occidentales qui succombent facilement à ses charmes méridionaux. Jusqu'au jour où... il fait la connaissance d'une Suédoise, hôtesse de l'air, militante de gauche, et cette fois, c'est le grand amour, le vrai. Il emprunte de l'argent à son meilleur ami, s'installe à Stockholm, épouse la Suédoise. Commence l'histoire de son intégration... Plus que l'intrigue, c'est l'humour décapant, une composition virtuose et l'originalité de la langue qui font tenir le livre. Une langue totalement réinventée, pleine d'émotion et de chaleur.
C'est sans aucun a priori que j'ai commencé ma lecture, la 4ème de couverture m'ayant alléchée, mais c'est avec beaucoup de difficultés que je suis entrée dans ce roman.
Un style d'écriture original sans doute, mais qui ne me convient pas, semble-t-il, m'a laissé très sceptique quant à la poursuite de ma lecture et la bonne compréhension du roman.
Au bout d'une cinquantaine de pages je suis parvenue à discerner les personnages et à faire abstraction de cette originalité : l'histoire d'Abbas [merci ABBA et clin d'oeil à
Caro[line], la fan de Mamma Mia] n'est pas écrit à la première personne mais racontée via 3 interlocuteurs : Kaddir, ami d'enfance d'Abbas qui prend contact avec Jonas (le fils d'Abbas) afin de lui proposer d'écrire ensemble l'histoire de son père et de son intégration en Suède. S'entrecroisent des e-mails envoyés par Kaddir à Jonas, de souvenirs du même Kaddir, des lettres envoyées par Abbas à Kadir et traduite dans un style personnel par ce dernier, et les souvenirs de Jonas encouragé par Kadir (+ l'ajout de ses commentaires à ces parties) qui composent l'ouvrage.
Le tout ne manque pas d'un certain humour, le style alambiqué de Kaddir ne manquera pas de faire sourire bon nombre d'entre vous, tout comme les leçons des règles grammaticales suédoises du fils à son père, mais tous ces éléments ne m'ont pas enchantés.

Si vous parvenez à passer au-delà du style, vous apprécierez le roman pour son histoire (même si la chute me déçoit quelque peu mais je ne puis vous en dire plus ici).

J'ai aimé par contre sa narration du parcours d'intégration de son père à la culture suédoise, son manque de compréhension de ladite culture. L'accueil très frais de sa belle famille, évoqué par petites touches, m'a également touché tout comme les réactions face à ce couple mixte en Suède, pays pour moi, comme aux yeux d'Abbas, dont nous avions une image d'ouverture ; une Suède libre mais qui n'en demeure pas moins peureuse et même pire que cela au fur et à mesure que le temps passe et que les problèmes économiques s'amplifient.
Abbas n'est pas un personnage négatif mais un être humain confronté à la réalité, à une intégration dans un pays qui n'est pas son pays d'origine. C'est un homme ordinaire et à travers son histoire et celle de son fils, nous suivons l'insertion de la génération suivante et les problèmes de compréhension d'un père et de son fils.

Merci aux
Editions du Rocher pour leur mise à disposition de ce roman auprès du Club des théières.

Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Traduit du suédois
commenter cet article

commentaires

anjelica 18/08/2008 16:03

Il y a quelquefois comme cela des romans qui font l'unanimité sauf exception ...

Uncoindeblog 18/08/2008 20:52


Attendons les avis éclairés des autres membres du Club des théières. Caro[line] a dû commenceer sa lecture à présent :)


Karine 18/08/2008 01:54

Malgré ton manque - ou ton absence - d'enthousiasme, tu as réussi à éveiller ma curiosité... style réinventé? Je me demande bien ça a l'air de quoi!

Uncoindeblog 18/08/2008 20:51


Tant mieux que cela t'intrigue :)
Je crois que nous avons toutes deux un esprit de contradiction. Il suffit que l'on me dise qu'un film / livre soit bof pour que je souhaite le voir / le lire afin de m'en rendre compte par
moi-même.


Caro[line] 16/08/2008 10:06

Je ne lis pas ton billet car je compte lire ce roman très prochainement ! (Genre dimanche ? ;-))

Uncoindeblog 18/08/2008 20:49


Dimanche je ne crois pas :o). Qu'il soit entre tes mains ce jour là, oui d'accord.
Et dire que je lui fais une spécial dédicace, et qu'elle n'en voit rien * soupir *