Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 21:58
Oui, oui, voici le résultat des lectures de ces petits plus :


- La dernière concubine /
Lesley Downer. Traduit de l'anglais par Régina Langer. Presses de la Cité (1er chapitre). A paraître le 17 avril.
Dans un Japon déchiré par la guerre civile, l'extraordinaire histoire d'une jeune paysanne destinée à devenir la dernière concubine du dernier shogun.
Bon vous l'aurez deviné, ce n'est pas en 20 pages que j'allais me faire une opinion. Le style ne semble pas désagréable, des descriptions imagées illustrent ce chapitre qui se termine par une entrée en matière propre à susciter l'envie de découvrir la suite :
"Elle comprit tout à coup pourquoi le visage de cette jeune fille lui avait paru familier. Avec quelques années de plus, ç'aurait pu être le sien". Je ne vais pas me jeter à l'assaut de ma librairie mais si je le déniche dans quelques temps, je sais que ce livre existe et que sa lecture n'est pas rebutante de prime abord.

- La vie en lunettes roses / Laurie Colwin. Autrement Littératures.
Comme je le disais, il s'agit de 2 nouvelles.
La première reprend le titre de cet opuscule. Je ne connaissais pas cet auteur (et ne me souvenais pas, comme d'habitude, avoir lu chez les uns ou les autres quoi que ce soit avant de finaliser cet article, j'avoue), et je n'attendais donc rien de spécial. J'ai trouvé la nouvelle quelque peu loufoque de prime abord car elle nous décrit la vie d'une jeune femme qui vit perpétuellement sous la dépendance de la marijuana. Totalement allumée me direz-vous ? Pas si sûr. En fait, on prend conscience de sa peur panique du conformisme qui l'entoure. Sa vie en lunettes roses elle la vit grâce à la présence rassurante d'un pétard au fond de la poche, une sorte de doudou...
La seconde "Une fille dangereuse" (titre original : Dangerous French Mistress) est, elle aussi, du même acabit : Philippe Hartman découvre sur son pallier la secrétaire occasionnelle de son ancien professeur ; pendant qu'il prépare le thé, il la retrouve dans son lit puis, sans un mot, elle repart. Le petit manège se poursuit pendant plusieurs mois et lui, mal à l'aise, ne maîtrisant ni la situation, ni la parole, s'interroge sur la raison de cette relation sans parvenir à échanger une phrase avec sa maîtresse. La chute est inattendue.

Les avis de
Clarabel. de Fashion, de Valdebaz

- Abysses /
Frank Schätzing. Traduit de l'allemand par Danièle Darneau. Presses de la Cité (20 premières pages) - Thriller écologique. A paraître le 17 avril.
Des bancs de méduses toxiques envahissent les plages de l'Europe. Des millions de vers étranges s'agglutinent au large de la Norvège. Des baleines attaquent les touristes sur la côte canadienne. Et si toutes ces catastrophes étaient liées ? C'est ce qu'affirment un biologiste norvégien et une poignée de chercheurs aux quatres coins du monde sans réussir à se faire entendre. Jusqu'au jour où un gigantesque tsunami ravage les côtes de l'Europe....
La couleur du bouquin est donnée dès la seconde page, point de descriptions par trop gore, mais votre imaginaire fait le reste. La suite est un enchainement de catastrophes dans différents points du globe qui continue à faire galoper votre imagination...


Partager cet article

Repost 0
Published by Uncoindeblog - dans Un peu de lecture
commenter cet article

commentaires

valdebaz 16/04/2008 23:42

Bien étranges ces 2 nouvelles de Colwin ! j'ai aimé même si je garde de meilleurs souvenirs avec ses romans. Ils sont quand même bizarres ces bonshommes ! :)

Uncoindeblog 19/04/2008 18:51


Comme je te le disais, je note les titres que tu préconises. "Bizarres bonhommes !" comme tu dis, et on parle des femmes - soupir -


Stéphanie 15/04/2008 23:43

je ne comprends pas tout
tu donnes ton avis sur les 20 premières pages de livres à paraitre? ou tu les as lu en entier?

Uncoindeblog 16/04/2008 10:22


20 premières pages des bouquins des Presses de la Cité puisque c'est ce que j'ai.
En les lisant puis en donnant mes impressions relatives à ces quelques pages, j'ai repensé au débat (l'an dernier ?)que nous avions eu concernant l'achat de chapitres de livres. Cela confirme mon
idée de l'époque ce n'est pas en 20 pages que l'on découvre un auteur ou un livre mais le style s'affiche. Je sais pertinemment que cette distribution est du marketing mais bon... Comme je le
disais cela ne m'a pas suffit pour me décider à les acheter.
Je l'ai fait parce que je les avais sous le coude et que je ne voulais pas faire un billet uniquement avec les 2 nouvelles de Laurie Colwin.